Récapitulatif du webinaire : Financement inclusif pour la gouvernance foncière : Une conversation avec les bailleurs de fonds | Land Portal

Sommaire 

Le Land Portal et Both Ends ont clôturé la populaire série de webinaires "Whose Land ?" avec un dernier webinaire sur le financement inclusif qui a attiré plus de 300 participants le 2 mars 2023. "Financement inclusif pour la gouvernance foncière : Une conversation avec les bailleurs de fonds" a réuni des bailleurs de fonds de l'Agence néerlandaise pour les entreprises, de Both ENDS, du Fonds mondial pour les fondations communautaires et de Tenure Facility, ainsi qu'un expert en matière de diversité, d'équité et d'inclusion. 

Le webinaire était organisé autour de trois séries de questions : 

  • Qu'est-ce qui aide les bailleurs à rendre les subventions plus inclusives ? Quels sont les instruments ?

  • Comment mesurer l'inclusivité ? À quoi ressemblent les bons résultats ? 

  • Comment les bailleurs et les bénéficiaires opérant dans des pays vulnérables peuvent-ils s'engager dans l'écosystème de l'information ? Quels sont les risques d'une documentation trop ouverte sur les bailleurs et les bénéficiaires de subventions ?

Nonette Royo, Directrice Exécutive de Tenure Facility, a animé le panel, qui comprenait les intervenants suivants.

  • Gemma Betsema, Conseillère principale de programme auprès de LAND-at-scale,  un programme de soutien à la gouvernance foncière du ministère néerlandais des affaires étrangères et géré par l'Agence néerlandaise pour l'entreprise. Elle est actuellement présidente du groupe de travail mondial des bailleurs de fonds sur les questions foncières.
  • Daniëlle Hirsch, Directrice de Both ENDS, ONG de défense de l'environnement et des droits de l'homme qui collecte des fonds pour des organisations indépendantes dans le sud de la planète.
  • Jenny Hodgson, le Directrice Executive du Fonds Mondial pour les Fondations Communautaires (FMFC) en anglais, Global Fund for Community Foundations (GFCF)) basé à Johannesburg , où elle a supervisé son émergence en tant que principale voix mondiale sur la philanthropie communautaire en tant que stratégie essentielle pour un développement mené par les populations et pour rapprocher le pouvoir du terrain.. 
  • Elizabeth Oni-iyiola  est partenaire du McLean Partnership, dont elle dirige les travaux visant à aider les organisations à devenir plus équitables, plus diversifiées et plus inclusives.

Vous trouverez ci-dessous un récapitulatif de la première partie du panel et vous pourrez regarder la retransmission en bas de page pour assister à l'intégralité de cette conversation captivante. 


Qu'est-ce qui aide les bailleurs à rendre les subventions plus inclusives ? Quels sont les instruments ?

 

Danielle, Both ENDS: Tout commence par une stratégie, que nous élaborons avec un large groupe d'organisations avec lesquelles nous travaillons dans le monde entier. Nous définissons ensemble les dilemmes et les solutions. 

Sur la base de la stratégie, nous élaborons des propositions pour les bailleurs de fonds avec des partenaires locaux. Comme nous l'élaborons ensemble, le budget est transparent. Tout le monde sait pourquoi nous demandons de l'argent et où il est censé aller. 

Au troisième niveau, nous avons examiné l'architecture de financement dont nous faisons partie, de sorte que nous sommes conscients qu'une grande partie du financement disponible pour les questions sur lesquelles nous travaillons se trouve dans le Nord global. Nous sommes donc conscients qu'une grande partie du financement disponible pour les questions sur lesquelles nous travaillons se trouve dans le Nord. Nous avons donc travaillé pour nous assurer que les décisions concernant la destination de cet argent puissent être prises dans le Sud. Ensemble, nous avons pu créer ce que nous appelons des fonds régionaux ou des fonds de petites subventions au Brésil, en Indonésie, en Inde et dans certaines parties de l'Afrique. Les habitants de la région contrôlent ces fonds. De plus, ils sont maintenant si bien positionnés qu'ils sont eux-mêmes des collecteurs de fonds, et nous avons été retirés de l'équation​. 

Enfin, lorsque nous nous engageons avec des bailleurs de fonds, nous plaçons le financement inclusif au premier plan de nos conversations, même s'il s'agit de bailleurs de fonds avec lesquels nous travaillons déjà et qui ne sont pas nécessairement enclins à écouter ce message. L'une des façons d'y parvenir est d'inviter des partenaires locaux à la table et d'expliquer pourquoi il est si important d'envisager le financement sous un angle différent.

 

Jenny, Fonds Mondial pour les Fondations Communautaires (FMFC)​ (Global Fund for Community Foundations (GFCF):

Nous sommes au cœur d'un mouvement croissant visant à modifier le pouvoir dans le domaine de la philanthropie et du développement. Permettez-moi tout d'abord de faire la distinction entre le financement vertical et le financement horizontal. Par financement vertical, j'entends la majeure partie de l'argent qui se trouve dans l'espace officiel du développement et de la philanthropie privée et qui est destiné à atteindre les communautés. Malgré la rhétorique, une grande partie de ces fonds sont exclusifs et non inclusifs. Il ne s'agit pas seulement de la quantité d'argent. C'est la qualité de l'argent et l'accent mis sur le processus, sur la création d'une voix, qui sont vraiment importants. 

La FMFC se concentre vraiment sur un type de financement plus horizontal. L'idée que les communautés ont des ressources - de l'argent, oui - mais aussi d'autres ressources telles que les actifs, les connaissances, les connexions, la connaissance de la communauté, les relations, la confiance, le capital social, toutes ces choses qui comptent vraiment. Or, ces éléments sont largement exclus de l'équation dans le cadre du financement vertical. 

Nous utilisons l'octroi de subventions comme une stratégie délibérée pour soutenir les organisations qui veulent devenir le type d'organisations dont parlait Danielle - fonds locaux, fondations, fonds pour les femmes. Ces organisations sont elles-mêmes des subventionneurs et sont en mesure d'apporter des ressources aux communautés. Nombre de nos partenaires dans le monde sont en mesure d'accorder des subventions de 50, 500 ou 5 000 dollars, ce qui est hors de portée de la plupart des bailleurs de fonds. 

Mais il ne s'agit pas seulement de transférer de l'argent, mais aussi de transférer le pouvoir et les ressources aux groupes eux-mêmes. Nos partenaires sont des organisations qui ne choisissent pas de devenir grandes. Ils veulent investir dans l'écosystème qui les entoure. Nos partenaires créent des actifs et des ressources locales, ce qui peut inclure de l'argent, mais aussi la gouvernance d'actifs à grande échelle.  C'est l'idée d'exploiter, de construire et de conserver des actifs proches du terrain.

L'utilisation efficace de l'octroi de subventions comme stratégie de construction de réseaux locaux, d'acheminement des ressources dans la communauté et de mobilisation des ressources permet à la FMFC de gérer et de partager le pouvoir. La confiance fait souvent défaut dans le monde de la finance verticale. C'est un système basé sur le flux d'argent, pas vraiment sur le flux de confiance.

La FMCF tente d'alimenter ce système émergent de méthodes de travail alternatives. Et oui, l'argent extérieur a un rôle à jouer. Mais l'autre partie de notre travail est un peu plus politique autour du récit pour changer le pouvoir, c'est-à-dire qu'il n'est plus acceptable d'avoir une bonne rhétorique sur le transfert des ressources vers le terrain, nous devons réellement le voir et le faire se réaliser. 

Nous utilisons notre rôle de tisseur de réseaux pour renforcer la demande de changement des systèmes. Il s'agit de mobiliser la voix à partir de la base, en disant que c'est le système que nous voulons. Nous construisons déjà nos propres systèmes et structures - aidez-nous à les construire. C'est notre rôle dans l'écosystème.

 

Gemma, Agence néerlandaise pour l'entreprise​ (RVO), LAND-at-scale program:

 Le programme LAND-at-scale finance diverses interventions dans 12 pays. Il peut s'agir de programmes multi-bailleurs à grande échelle dans lesquels la terre est une composante (par exemple, en Somalie), mais aussi d'interventions plus modestes. Par exemple, au Tchad, nous travaillons avec les Nations unies et le gouvernement national pour soutenir une nouvelle loi foncière, et nous finançons également un volet plus important par l'intermédiaire d'une ONG, qui se concentre sur la sensibilisation aux droits fonciers. 

En effet, les Pays-Bas président actuellement le groupe de travail mondial des bailleurs de fonds sur la terre. Ce groupe comprend des bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux, des organisations des Nations unies et quelques organisations philanthropiques qui financent la gouvernance foncière, et nous nous réunissons environ six fois par an. Par l'intermédiaire du groupe, nous avons fait pression pour l'inclusion des indicateurs fonciers dans les ODD. Aujourd'hui, je partagerai principalement les leçons tirées de l'expérience LAND-at-scale, mais je suis également très à l'écoute aujourd'hui, en me concentrant sur ce que je peux apporter au groupe. 

LAND-at-scale est programmatique, et nous avons la flexibilité d'utiliser différents instruments financiers pour soutenir les projets. Nous avons le temps de travailler réellement avec des partenaires dans les pays pour développer des interventions. La conception des projets est axée sur la demande, en fonction des sujets prioritaires identifiés. Et nous constatons que l'approche programmatique nous a permis de soutenir davantage d'organisations locales qu'un programme de subvention très standard, qui est plus rigide. 

Le programme LAND à l'échelle a également donné lieu à des partenariats innovants. Par exemple, des partenariats dans lesquels des organisations plus techniques travaillent avec des organisations de plaidoyer, ou des organisations internationales plus importantes qui travaillent avec des ONG plus petites dans le cadre d'accords de financement distincts. Nous voyons beaucoup de valeur dans ces partenariats novateurs. 

Si nous travaillons avec des organisations plus importantes, nous demandons toujours à ces partenaires d'inclure des organisations locales dans leurs activités, de travailler avec des organisations communautaires. Nous savons que l'intégration locale est cruciale pour la réussite de l'intervention. Créer des opportunités pour que les partenaires locaux fassent part de leurs expériences est un élément fondamental. 

Nous essayons de mettre en place des phases de lancement pour toutes nos activités, ce qui permet à tous les partenaires d'être impliqués et de faire part de leurs réflexions et de leurs idées dans le cadre de la conception du programme.

Nous ne sommes pas des experts en finance inclusive, je dirais, mais nous sommes très heureux d'apprendre et de partager certaines de ces premières leçons tirées de trois années de mise en œuvre du programme LAND- at - scale.

 

Elizabeth, McLean Partnership sur la façon dont elle interprète les efforts décrits par les panélistes en matière de financement inclusif :  

L'inclusion est un effort de la base, peu importe qui vous êtes, peu importe l'organisation ou le travail que vous faites. La base signifie que les voix des communautés locales et de la population locale doivent être au cœur de votre processus, du début à la fin. 

Certaines organisations obtiennent des informations et des données auprès des communautés et des groupes locaux, mais leur personnel n'est pas représentatif de ces communautés et de ces groupes. Votre personnel doit représenter les communautés que vous essayez de soutenir et que vous essayez de financer. 

Il faut toujours revenir à la base et se demander quelles voix nous n'entendons pas et quelles voix nous ne prenons pas en compte. C'est ce que signifie être inclusif. Si ces voix ne sont pas présentes, alors vous êtes essentiellement exclusifs. 

Il doit s'agir d'un effort de collaboration, et les organisations doivent renoncer à une approche de sauveur. Je sais que lorsque vous donnez de l'argent, vous avez tendance à détenir la majeure partie du pouvoir. Il faut donc décider consciemment qu'il ne s'agit pas seulement de notre financement, mais que nous sommes aussi là pour apprendre. Il doit s'agir d'un processus à double sens. 

Cela signifie également qu'il faut veiller à ce que vos processus et procédures n'excluent pas automatiquement. Certains processus excluent automatiquement les personnes qu'ils essaient d'aider en premier lieu. Cela signifie que vous ne faites que perpétuer et financer à nouveau les mêmes personnes. Il faut veiller à ce que vos processus ne soient pas trop ténus et trop bureaucratiques au point d'exclure les personnes que vous essayez d'atteindre en premier lieu.


Retrouvez la suite de la conversation en anglais ici: https://www.youtube.com/watch?v=GiVjtx2EMe4 

Related content: 
Webinar Series
Jueves, Septiembre 8, 2022 to Jueves, Marzo 2, 2023
Organizers: 
Both ENDS
Land Portal Foundation

The four-part webinar series provides a platform for different stakeholders engaged in land governance to exchange on the importance of inclusivity and meaningful participation of all relevant actors in both formal and informal land governance processes. 

Comparta esta página