Des promesses au progrès : Financer les initiatives climatiques au-delà de la COP28 | Land Portal

Deux ans après que les donateurs internationaux se sont engagés à verser 1,7 milliard de dollars aux peuples autochtones lors de la COP26, reconnaissant ainsi leur rôle crucial dans la protection de la biodiversité et la capture du carbone, des progrès notables ont été accomplis dans la préparation des systèmes nécessaires au décaissement des fonds.

Les communautés autochtones et traditionnelles ont fait valoir que ce sont elles - et non les donateurs imposés par le haut ou les ONG intermédiaires - qui savent le mieux où les ressources doivent être affectées. Elles se sont réunies en groupes dans le monde entier pour mettre en place les capacités et les mécanismes nécessaires à l'acceptation de l'argent liquide. Ils ont créé des fonds spécifiques à cet effet. Et ils ont travaillé dur pour instaurer la confiance entre les bénéficiaires et les donateurs.

Mais la COP28 qui se tient cette semaine à Dubaï devrait montrer qu'il reste encore beaucoup de chemin à parcourir : Les peuples autochtones sont entendus, mais pas toujours écoutés.

Les intervenants d'un webinaire pré-COP organisé par Land Dialogues le 28 novembre l'ont souligné en exprimant un certain optimisme quant aux progrès réalisés, mais aussi en déplorant le fait qu'une grande partie de l'argent promis n'est pas dirigée par les personnes qui sont les gardiennes des terres en question et qui savent où l'argent est le mieux dépensé.

 

 

 

"Tout le soutien doit être direct et sans intermédiaire", a déclaré Josimara Melgueiro, coordinateur du Fonds indigène Rio Negro (FIRN), qui représente 23 communautés indigènes dans la région du Rio Negro, dans le bassin amazonien du Brésil.

Mais Melgueiro et d'autres ont également déclaré lors du webinaire - organisé par Tenure Facility, Land Portal, la Fondation Ford et la Fondation Thomson Reuters - qu'il était important que les bailleurs et les bénéficiaires communiquent pour instaurer la confiance et partager les processus de protection de la terre.

"C'est l'occasion de diffuser, d'avoir un dialogue plus large", a déclaré Valéria Paye, directrice exécutive de Podaali, un fonds dirigé par des autochtones au Brésil et partenaire de Tenure Facility. "Nous devons encore construire le processus. Il me semble qu'il s'agit d'un long chemin de confiance, car les bailleurs de fonds doivent avoir confiance dans les instruments que nous avons créés et que nous gérons.

 

Un défi de 7 pour cent

L'inquiétude selon laquelle les personnes sur le terrain ne reçoivent pas leur juste part de la prise de décision n'est pas sans fondement. Un an plus tard, lors de la COP27 en Égypte, il a été calculé que si quelque 19 % des fonds promis par la COP26 ont été alloués en 2021 - ce qui est à peu près correct pour un programme quinquennal -, seuls 7 % environ sont allés directement aux Peuples autochtones eux-mêmes plutôt qu'aux ONG.

Une mise à jour sera effectuée dans les deux semaines à venir à Dubaï, mais personne ne s'attend à un changement majeur.
"Lorsque nous creusons ces chiffres, je suis préoccupé par le fait qu'ils soient même inférieurs à 7 %", a déclaré Casey Peu, directeur de la stratégie mondiale au Christensen Fund, qui octroie des subventions à des organisations et des fonds dirigés par des autochtones.

"Le défi existe toujours du côté des bailleurs de fonds", a-t-il ajouté. "Nous devons permettre aux Peuples autochtones et aux communautés locales de définir eux-mêmes ce qu'ils considèrent comme un financement direct et un financement."

Du côté des bailleurs de fonds, bien sûr, ce n'est pas tout à fait aussi simple que de remettre de l'argent, en particulier si le bailleur est un gouvernement.

Jenny Lopez, conseillère en gouvernance foncière à l'Office britannique des affaires étrangères, du Commonwealth et du développement, a fait remarquer que le seul respect des exigences en matière de rapports découlant du financement bilatéral direct de multiples bénéficiaires au niveau local nécessiterait des effectifs massifs.

"Ce n'est pas toujours une question de confiance ou de contrôle. Parfois, il s'agit purement d'efficience ou d'efficacité et d'optimisation des ressources", a-t-elle déclaré.

Mme Lopez voit l'avantage de regrouper les financements par le biais de groupes intermédiaires qui entretiennent des relations étroites avec les groupes indigènes. Elle a également noté que, malgré les restrictions imposées par les bailleurs de fonds, les organisations dirigées par des autochtones sont plus nombreuses que jamais à bénéficier d'un financement direct.

"Certains des modèles émergents les plus intéressants, comme la Tenure Facility, sont ceux qui permettent aux organisations dirigées par des peuples autochtones et des communautés locales de faire leurs propres propositions et de choisir elles-mêmes comment elles souhaitent que l'argent soit dépensé et comment elles peuvent être soutenues", a-t-elle déclaré.

"Il ne s'agit pas seulement de l'argent en soi. Il s'agit de savoir comment nous travaillons ensemble en tant que bailleurs de fonds, organisations (indigènes), autres partenaires, organisations de la société civile. Nous avons constaté un niveau de dialogue, de collaboration et de discussion entre toutes ces parties prenantes qui n'existait pas auparavant", a-t-elle ajouté.

Réimaginer

Une grande partie de cette évolution est peut-être due à la réaction des Peuples autochtones eux-mêmes à l'égard du financement.

Deborah Sanchez, directrice de CLARIFI, un fonds international créé par Rights and Resources Initiative et Campaign for Nature, a déclaré qu'un changement majeur était entrepris par les organisations autochtones.

"Nous sommes en train de réimaginer l'écosystème du financement", a-t-elle déclaré. "Nous avons travaillé dur pour développer des fonds. Aujourd'hui, nous avons créé des fonds au niveau mondial, des fonds régionaux et des fonds nationaux qui fonctionnent".

Parmi ceux qu'elle a mentionnés, citons Podaali et Pawanka, qui regroupent des fonds provenant de fondations et de philanthropes ; le fonds territorial régional méso-américain ; et les fonds nationaux indonésiens Nusantara et AMAN, qui sont tous deux des partenaires de Tenure Facility.

Tous ces éléments ont conduit à un optimisme prudent à l'approche de la COP28, mais l'avenir nous dira si cet optimisme est justifié.

 

Related content: 

Comparta esta página