Sénégal/ Un éventuel découpage à Bambilor, enjeux politiques et attentes | Land Portal | Sécurisation des droits fonciers à travers les données ouvertes

Date: 18 mars 2019

Source: Xibaaru.sn

Par: Nasire NDOME

Le découpage administratif  est le débat qui secoue tous les salons des communes de Bambilor et Sangalkam et fait couler beaucoup de salives.

En 2008, le régime de Wade avait mis, sous  délégation spéciale,  l’ancienne communauté rurale de SANGALKAM pour des raisons politiques  dans l’optique d’affaiblir le poids électoral de Oumar GUEYE dans cette zone.  Puis, en 2011, il a procédé au découpage administratif en quatre collectivités locales et met en place quatre délégations spéciales.

Au fait, Oumar GUEYE était engagé à côté d’idrissa SECK par devoir et par amitié. A cette époque, suite à la séparation d’Idy et Wade, ce dernier, en stratège politique, avait voulu affaiblir les lieutenants  de IDY partout. Surtout dans cette zone hautement stratégique et forte en électorat. Wade avait réussi à découper la zone en quatre C (communes de Sangalcam, Jaxaay, Parcelles, Niakoul Rab et des communautés rurales de Bambylor et Tivaouane Peulh, Niaga.

Suite au découpage du DECRET n° 2011-427 du 29 mars 2011, WADE a laissé 3 villages avec Oumar Gueye et renforcé la commune de BAMBILOR avec 21 villages, dirigée, actuellement, par le principal adversaire de Oumar, le député maire Ndiagne DIOP.

Le 9 Juillet 2018 lors de la  cérémonie d’ouverture de la 1ere édition de la Conférence Nationale  sur l’Aménagement et l’Attractivité des Territoires, qui  s’est tenue à Diamniadio, M. Macky SALL, avait promu de  corriger des  découpages administratifs, qui n’obéissaient en réalité qu’à des raisons électoralistes.
A cet effet, le président de la République avait donné l’exemple de l’ancienne communauté rurale de Sangalkam. En principe,  Ce qui fait croire à tous les acteurs politiques que le découpage est inévitable.

En effet, le découpage a causé beaucoup de tort à la commune de sangalkam. Un découpage jugé incohérent. Par conséquent, depuis des années, les cinq villages (Kounoune, Keur Ndiaye Lo, Keur Daouda Sarr, Kounoune Ngalap et cité Mbaba Guissé) réclament un redécoupage pour avoir leur commune. Par contre, oumar Gueye souhaite les rattacher dans sa commune pour souffler de nouveau économiquement en termes de recettes et de taxes municipales.

A bambilor, cet éventuel  découpage aurait des répercussions politiques et économiques. Politiquement, l’actuel maire compte énormément sur les 5 villages pour gagner puisque ses fideles lieutenants surtout pape SOW et cheikh DIOP habitent dans ces villages. Sans ses villages, l’actuel maire serait sur la bande d’arrêt d’urgence et perdrait forcement son influence dans le département de Rufisque et fera face à son eternel rival, son frère, son alter ego, le président Mamadou SALL DIOP.

Un mortal Kombat inévitable

Tous les observateurs et analystes politiques locaux étudient profondément ces éventualités. Deux ténors politiques de tactiques et de méthodes différentes. Le maire est un politicien aguerri, une bête politique incontestable, ancien baye FALL du ministre Oumar GUEYE , il a pris  de la hauteur grâce à son investiture sur la 13e législature, il a pu avoir un carnet d’adresse riche  jusqu’au plus haut sommet de l’Etat. Il a bâtit son aura politique sur son ouverture, son folklore et son courage. Il est parfois difficile à gérer. Pour lui tous les moyens sont bons pour galvaniser ses troupes et ses militants. Président de délégation spéciale puis maire, bientôt dix ans dans les commandes de la mairie. Lors des prochaines locales de 2019, il comptera sur ses réalisations qui peinent à convaincre à défaut de pertinence et d’opportunité pour battre campagne. En revanche, il sera confronté de la dure réalité des villages, et de leurs revendications ; surtout  les promesses non tenues. Plusieurs villages demandent soit de l’eau ou de l’électricité ; soit de des services de sociaux de base ou de l’amélioration de conditions de vie.

La question qui reste suspendue et fait couler beaucoup de salive : le foncier.

Le foncier constitue la base du budget municipale. Les recettes du foncier alimentent  la quasi-totalité du budget. Au fait, on note des pratiques pas catholiques sur le foncier surtout sur le Bertin. A bambilor, le métier de promoteur immobilier est le métier le plus en vue dans cette zone. Des jeunes comme des vieux s’y adonnent. Le maire facilite le terrassement à ses hommes et la vente de terrain. Au moment ou, les jeunes des villages réclament des terrains à usage d’habitation, des terrains de football, de l’espace publics, de cimetière, de l’école, de dispensaire, de mosquée etc.…

Par contre, Mamadou SALL DIOP, ancien vice président de la délégation spéciale de la communauté rurale de Bambilor, devenu l’adversaire politique du maire. Toutes ses stratégies se conjuguent  à mettre en place des mécanismes pour gagner la mairie, son unique et seul projet actuel.  Sa base politique est connue de tous,  le village de Bambilor, le chef lieu de la commune. Son capital sympathie augmente surtout  chez les intellos en majorité. Son éloquence séduit. Son discours est toujours tranchant, strict, concis et précis rarement folklorique.il est jugé d’être un homme réservé, arrogant et pouvoiriste. Son défaut, il privilégie le village de bambilor  par rapport aux autres villages. Son objectif consiste à :

  • Rétablir la vérité
  • Mener un audit profond pour rendre à bambilor ce qui lui revient de droit,
  • Promouvoir la bonne gouvernance et rétablir la transparence comme mode de gouvernance.

En réalité, les élections locales seront un moment pour montrer sa force politique. Surtout à  Bambilor qu’il gagnera sans nul doute. Une élection qui sera compliquée et complexe vu les enjeux multiples.

Malgré cette adversité intense, les deux hommes finiront toujours par avoir un arbitre, un homme qui est, à la fois, juge et partie : Le ministre Oumar GUEYE.

Oumar GUEYE,  faiseur de Roi à Bambilor.

La commune de bambilor est considérée comme un titre foncier du Ministre Oumar GUEYE. Il est tellement ancré dans la zone à telle enseigne que plusieurs responsables politiques lui suivent à doigt et à l’œil. Il a réussi à implanté un ou plusieurs lieutenants dans chaque village. Mamadou SALL DIOP en avait fait les frais lors des locales de 2014 car  Oumar avait  pu décrocher le vote des conseillers indécis pour faire gagner l’actuel maire.

Nasire NDOME

S.G du mouvement synergie Alternative pour un Bambilor Emergent (SABE)

Partagez cette page