Rompre avec les préjugés : citoyenneté, innovation et informalités en Afrique urbaine | Land Portal

Il s'agit de notre ancien condensé Country Insights, en français, aperçus des pays  désormais rebaptisé "What to Read"  (ce qu'il faut lire, en français) pour rendre justice à son contenu.



Dans le sillage de l'attention croissante portée par les médias aux impacts du changement climatique et à l'élévation du niveau des mers, les métropoles africaines, telles que Lagos, ont lentement attiré l'attention. Cela dit, les espaces urbains africains n'ont cessé de faire l'objet de nombreux préjugés depuis l'époque coloniale. Dépeints comme des lieux "exotiques coloniaux" ou plus récemment comme des villes "afropessimistes" avec des images de pauvreté, de bidonvilles, de corruption et de violence. Pourtant, cela ne reflète pas les réalités et les défis complexes des centres urbains de l'Afrique subsaharienne, qui s'étendent, sont en constante mutation et dont les habitants sont confrontés à des situations précaires quotidiennes, mais aussi à des opportunités infinies d'entreprenariat.


 


Dans cette optique, je vous présente trois articles récents qui adoptent un point de vue différent sur l'Afrique urbaine, notamment sur les moyens novateurs de sécuriser le foncier dans les villes, sur les obstacles à l'agriculture urbaine et sur l'agence et les opportunités des réfugiés urbains. Il s'agit d'une sélection particulièrement utile pour ceux qui travaillent et font des recherches sur la tenure et le développement urbains. La sélection documentaire s'appuie sur un large éventail de cas provenant d'Afrique du Sud, du Kenya, de la Zambie, de la Côte d'Ivoire, de la Tanzanie et du République démocratique du Congo. On peut espérer que ces perspectives contribueront à une représentation plus diversifiée des espaces urbains en Afrique subsaharienne à l'avenir.



Inscrivez-vous ici pour recevoir ce résumé dans votre boîte aux lettres.




 


Garantir la propriété foncière dans les villes africaines : Leçons tirées de cinq innovations progressives à petite échelle menées par des ONG et des entrepreneurs sociaux locaux


Par Francesco Notarbartolo di Villarosa, Cities Alliance


 



En 2019, Cities Alliance a lancé l'initiative "Securing Tenure in African Cities", qui a invité les ONG et les entrepreneurs sociaux à soumettre des approches innovantes à petite échelle pour sécuriser les droits fonciers en mettant l'accent sur les établissements urbains informels. Le rapport évalue et met en lumière les enseignements tirés des cinq projets retenus : Drones pour la clarification foncière et l'autonomisation des femmes (République démocratique du Congo), techniques de service en ligne pour accélérer la délivrance de permis aux vendeurs informels et aux petites entreprises dans les espaces publics (Côte d'Ivoire), plateforme de collecte de données foncières numériques pour aider les citoyens à obtenir des certificats d'occupation (Tanzanie), Transaction Support Center en tant que bureau de conseil sans rendez-vous pour les ménages à faibles revenus afin de formaliser les droits de propriété (Afrique du Sud), et extension du modèle de domaine de la propriété sociale pour promouvoir une utilisation intégrée et durable des terres en réponse aux menaces d'expulsion dans les quartiers informels (Kenya). 


Contrairement aux approches descendantes, l'évaluation constate que les solutions à petite échelle peuvent largement contribuer à simplifier, moderniser et faciliter une gestion foncière plus inclusive, transparente et efficace. Les conclusions sont au nombre de quatre : 


Premièrement, une technologie moderne, facile à utiliser et accessible est un moteur essentiel de la gestion foncière équitable si elle est adoptée efficacement et liée au dialogue social. 


Deuxièmement, l'engagement de la communauté et des gouvernements locaux (ou nationaux) s'est avéré essentiel. Sur la base de l'idée d'une autonomisation fondée sur des preuves, les communautés ont été activement engagées dans les différents projets, soit en tant que clients, soit en tant que fournisseurs de données, soit les deux. 


Troisièmement, les évaluations montrent que toute intervention foncière doit prendre en compte les questions d'égalité des sexes pour réussir. Cela peut se faire soit en se concentrant spécifiquement sur l'accès (limité) des femmes aux systèmes de gestion foncière et sur leurs besoins spécifiques, soit par le biais de l'autonomisation des femmes.


Quatrièmement, le rapport appelle à la durabilité dans le sens d'une reproduction et d'une mise à l'échelle. Cela peut aller de l'engagement dans le lobbying et l'élaboration de politiques, la systématisation et la diffusion cohérentes des résultats et du plaidoyer, l'adhésion conséquente des gouvernements à l'établissement de partenariats à long terme avec des parties prenantes de la société civile, du monde universitaire ou du secteur privé, ainsi que la mise à jour et l'adaptation des technologies.


Lisez la publication complète (en anglais) et voyez les résultats clés des projets résumés dans cette vidéo.


Crédit photo : vendeur d'Abidjan, Côte d'Ivoire, par Carsten ten Brink, 2017, licence CC BY-NC-ND 2.0


 


     



 


Obstacles à l'agriculture urbaine en Afrique subsaharienne


Par Julia Davies, Corrie Hannah, Zack Guido, Andrew Zimmer, Laura McCanna, Jane Battersby, Tom Evans


 



Cette étude quantitative permet d'apporter un éclairage original sur l'agriculture urbaine dans les villes africaines de taille moyenne. Les auteurs ne se contentent pas d'explorer le lien entre l'agriculture urbaine et la sécurité alimentaire, ils mettent également en évidence les obstacles à l'agriculture urbaine. L'analyse contraste fortement avec d'autres publications dans le domaine, qui tendent à être des études de cas uniques dans les métropoles urbaines. Comblant cette lacune de la recherche, les auteurs affirment que les petites villes d'Afrique subsaharienne joueront un rôle majeur à l'avenir et sont donc essentielles pour une intervention précoce des décideurs politiques. Les résultats de l'étude peuvent contribuer à l'intégration des politiques d'agriculture urbaine qui permettent aux ménages de produire, de vendre et d'accéder à la nourriture de différentes manières.


L'enquête couvre 18 zones urbaines de 5 000 à 200 000 habitants en Zambie et au Kenya, en mettant l'accent sur les ménages à faibles et moyens revenus. Près de 2 700 ménages ont été interrogés, dont un tiers pratiquent l'agriculture urbaine. L'analyse statistique a révélé un lien modeste entre l'agriculture urbaine et la sécurité alimentaire, ainsi que trois obstacles principaux.


Tout d'abord, les ménages des zones d'habitat planifié sont moins susceptibles de s'engager dans l'agriculture urbaine car ils ont un meilleur accès aux infrastructures et aux services qui ont un impact positif sur la sécurité alimentaire en général.


Deuxièmement, l'analyse de l'échantillon de la Zambie montre que les ménages qui louaient leurs propriétés étaient moins susceptibles de pratiquer l'agriculture urbaine.


Troisièmement, les régressions montrent que des distances plus courtes par rapport aux détaillants alimentaires diminuent la probabilité de s'engager dans l'agriculture urbaine.


 


Lire la publication complète


Crédit photo : Agriculture urbaine au Ghana, par IWMI, 2013, licence CC BY-NC-ND 2.0 


 


     



 


Figurations du déplacement en Tanzanie et au-delà : Réflexions sur le déplacement prolongé et les connexions translocales des réfugiés congolais et burundais à Dar es Salaam


Par Catherina Wilson, Bishara Msallam, Joan Kabyemela, Mira Demirdirek, Jovin Sanga et Janemary Ruhundwa


 


Te dernier article propose une analyse approfondie et différenciée, dont on a grand besoin, des expériences de tenure des femmes rurales. À l'opposé de la plupart des écrits et des campagnes de défense des droits fonciers, les auteurs montrent combien il est important de regarder au-delà des images de genre simplifiées, dans lesquelles les hommes et encore plus les femmes sont considérés comme des groupes homogènes. Bien que la publication adopte une approche plus large, ses conclusions sont essentielles pour mieux comprendre les défis des femmes invisibles et exclues dans les campagnes de formalisation.


Chigbu et al. analysent comment les différents statuts, besoins et défis des femmes en milieu rural au Nigeria, au Ghana et au Zimbabwe façonnent leur accès à la terre. L'étude comparative met en évidence les façons dont l'appartenance des femmes à divers groupes culturels, ethniques, religieux et économiques, ainsi que leur statut marital, affectent la sécurité foncière des femmes. Les auteurs élaborent une matrice des divers facteurs et fournissent une visualisation de la différenciation des femmes présentant des points d'entrée potentiels pour des actions.


Qui plus est, Chigbu et al. ne montrent pas seulement que les lois et les politiques des pays étudiés n'ont pas réussi à aborder les droits fonciers des femmes sous l'angle de l'hétérogénéité, mais présentent une approche adaptable pour intégrer la différenciation des femmes dans les politiques et les interventions foncières. Cela offre un point de départ pour inclure spécifiquement, à l'avenir, les besoins et défis spécifiques des femmes dans les mariages informels ou des femmes subséquentes dans des contextes polygames. 


 


Lire l'intégralité de la publication


Crédit photo :  Crise du Burundi : fuir la violence, par la Protection civile et l'aide humanitaire de l'UE, 2016,  licence CC BY-NC-ND 2.0


 


 


Pour plus d'informations:


 



 



 


 


 


 

Partagez cette page