Entretien / Ehouman Boko Hubert, député de Abengourou sous-préfecture : La loi sur le foncier est un motif d’encouragement et de sécurité | Land Portal

Date: 25 octobre 2016


Source: Abidjan.net


Par Ernest Famin


Ehouman Boko Hubert est député de Abengourou sous-préfecture président du Conseil régional de l’Indenié-Djuablin. Il livre ses impressions sur le projet de la nouvelle constitution et se réjouit que l’épineux problème du foncier rural, source de multiples conflits va enfin trouver une solution à travers la nouvelle constitution. 


Que vous inspire la nouvelle constitution dans son ensemble?



Je veux d’entrée dire que la constitution de 2000 était un poids sur la conscience des Ivoiriens. Elle a débouché sur l’élection présidentielle jugée ‘’calamiteuse’’ par l’ex-Président de la République, Laurent Gbagbo. Elle n’a pas su réconcilier les Ivoiriens. Le forum dit de la réconciliation a permis de comprendre que c’était une Constitution ‘’personnelle et personnalisée’’. Cette constitution a entrainé notre pays vers une rébellion armée, provoquée l’assassinat d’un ancien Chef de l’Etat. Elle a également freiné notre développement économique, isolé notre pays et cristallisé entre les ivoiriens, un climat de haine et de méfiance.

Proposer son remplacement est le meilleur hommage que l’on peut rendre au peuple martyr pour tourner ces décennies de crises et d’incertitude. Je dirai donc que le nouveau projet constitutionnel est gage de justice sociale avec la protection des handicapés, des filles et des femmes contre les violences, la sécurité et le droit à un environnement sain à travers la criminalisation des déversements de déchets toxiques. C’est un texte ouvert et moderne puisqu’il consacre des institutions cohérentes et indépendantes les unes des autres ainsi que la promotion politique et économique de la femme. Aussi, en ma qualité de président du conseil régional, j’ajoute que cette constitution renforce la décentralisation en prévoyant l’accompagnement effectif du transfert des compétences aux collectivités territoriales des moyens financiers, matériels et techniques adéquats. Enfin ce projet constitutionnel garantit la stabilité, la paix et une transmission du pouvoir exécutif en toute tranquillité comme nous l’enseignent les exemples récents du Nigeria, du Ghana ou de l’Afrique de Sud. La nouvelle constitution vient dédramatiser noter vie politique de façon durable.

Vous êtes député dans une région agricole et la question du foncier a été modifiée. Pensez-vous qu’elle résoudra durablement la question des conflits fonciers agricoles ? 



L’article 12 du projet dispose et je cite : ‘’Seul l’Etat, les collectivités publiques et les personnes physiques ivoiriennes peuvent accéder à la propriété foncière rurale. Les droits acquis sont garantis.

La loi détermine la composition du domaine foncier rural ainsi que les règles relatives à la propriété, à la concession et à la transmission des terres du domaine foncier rural’’. De façon claire, la constitution énonce que seuls l’Etat, les collectivités publiques ivoiriennes et les personnes physiques ivoiriennes peuvent être propriétaires des terres rurales. C’est ce que nos parents ont toujours souhaité. Pour une région comme la nôtre (Ndlr, l’Indenié-Djuablin), cette consécration constitutionnelle du droit de propriété des nationaux sur la terre rurale est un motif d’encouragement, de sécurité et de pérennité des efforts de nos braves parents. J’en profite pour signaler que notre région vient une fois de plus d’être honorée à travers la distinction des meilleurs productrices de cacao et des sociétés coopératives au titre de l’année 2016. La nouvelle constitution vient consolider ces acquis. Et un autre détail important pour notre région, bâtie sur deux royaumes, c’est la reconnaissance et la valorisation par ce projet constitutionnel, de la chefferie traditionnelle. C’est une marque de considération du président de la République à l’égard des dépositaires de nos us et coutumes.

L’opposition dit qu’elle ne se reconnait pas dans cette constitution. Comment allez-vous y prendre pour amener la région de l’Indénié-Djuablin pour un vote massif ?



La région de l’Indénié-Djuablin est constituée de peuples pacifiques, travailleurs et qui ont toujours su ce qui est bon pour eux. Après avoir subi une décennie de léthargie et l’arrêt de son développement, voici que depuis l’arrivée du président Alassane Ouattara au pouvoir, l’Indénié-Djuablin renaît. Nos routes sont bitumées. Nos villes respirent mieux. Nos cadres sont promus. Nos producteurs agricoles sont mieux traités et célébrés. Et c’est celui qui est à la base de ce renouveau infrastructurel et social de notre région qui nous propose ce projet de constitution. L’adhésion massive de nos parents au ‘’oui’’ est donc garantie et je dirai normale.

Quant à la position de l’opposition, je la trouve suicidaire et mal pensée. Ne pas se reconnaître en la loi suprême de l’Etat, la norme des normes, c’est se mettre volontairement hors-jeu. C’est vrai que le pouvoir Rhdp actuel avait dénoncé la constitution de 2000, mais jusqu’à l’adoption de la nouvelle constitution, c’est elle qui continue à régir notre vie politique et sociale et c’est sur cette base que nous sommes allés à tous les scrutins depuis 2000. Je demande donc à nos frères et sœurs de l’opposition de penser aux générations futures, d’accepter que nous tournions ensemble ces pages sombres de notre histoire politique et de nous projeter vers un avenir plus radieux. Cette nouvelle constitution symbolise l’ouverture et l’intégration de toutes les filles et de tous les fils du pays à la construction de la nation. Des cadres de grande valeur sont issus de l’opposition et les nouvelles institutions prévues sont des tremplins pour qu’ils mettent au service de l’Etat, leurs expériences acquises. 

 

Copyright © Source (mentionné ci-dessus). Tous droits réservés. Le Land Portal distribue des contenus sans la permission du propriétaire du copyright sur la base de la doctrine "usage loyal" du droit d'auteur, ce qui signifie que nous affichons des articles de presse pour des fins d'information non commerciales. Si vous êtes le propriétaire de l'article ou d'un rapport et que vous souhaitez qu'il soit retiré, s'il vous plaît nous contacter à hello@landportal.info et nous le supprimerons immédiatement.

Divers articles de presse liés à la gouvernance foncière sont publiés sur le Land Portal chaque jour par ses utilisateurs, à partir de diverses sources, telles que les agences de presse et d'autres institutions et individus, ce qui représente une diversité de positions sur tous les sujets. Le droit est à la source de l'article; la Land Portal Foundation n'a pas le droit de modifier ou de corriger l'article, ni d'endosser son contenu. Pour apporter des corrections ou demander la permission de republier ou toute autre utilisation de ce contenu, merci de contacter le titulaire du droit d'auteur.

Partagez cette page