Côte d'Ivoire : Jacqueville, le village d'Adoukro au centre d'un litige foncier, les populations invitent les opérateurs à prendre leurs dispositions pour ne pas se faire gruger par des propriétaires | Land Portal | Sécurisation des droits fonciers à travers les données ouvertes

Date : 26 février 2020

Source : koaci.com

Situé dans la commune de Jacqueville dans la région des grands ponts, Adoukro est un campement peuplé essentiellement de pêcheurs béninois. Erigé abusivement en village en 2007, cette bourgade est depuis 15 ans au centre d'un litige foncier qui, malheureusement, risque de dégénérer un jour, si les autorités administratives et politiques ivoiriennes ne s'y impliquent pas franchement pour son règlement définitif.

C'est du moins, ce qui ressort de l'entretien que nous avons eu sur place aujourd'hui, avec Bouazi Lavri Vincent, Secrétaire du chef du village d'Adoukro, installé par les populations de Sassako Bégniny, en lieu et place de celui choisi par l'administration ivoirienne sur des bases totalement contraires aux règles du peuple Alladjan en la matière.

Il a affirmé que cette situation est née de la volonté d'un individu du nom de Oda Édouard, dont l'unique objectif est de brader leurs terres, alors qu'il n'aurait aucun lien avec le village.

Le Secrétaire affirme que Oda Édouard n'agit pas seul et aurait des soutiens dans l'administration ivoirienne. Ce dernier, à en croire, Bouazi Lavri Vincent, s'appuie sur des mains souteraines tapis dans l'ombre de l'administration pour attirer les opérateurs économiques et les investisseurs qui, malheureusement, continuent de se faire gruger.

Selon lui, depuis plusieurs années, avec ses complices, Oda Edouard a initié une opération de lotissement des terres d’Adoukro sur une superficie de 2400 hectares, alors qu'en réalité, cette bourgade n' occupe qu'une superficie de 709 hectares.

C'est donc avec une grande surprise que les populations de Sassako Bégniny qui ont installé le campement d'Adoukro apprennent que le lotissement est fait sur une superficie de 2400 hectares.

Comme indiqué par le Secrétaire, cette superficie a été approuvée par le ministère de la construction au mépris des réserves émis par les autorités locales. Conséquence: le lotissement physique qui devrait logiquement suivre n'a jamais été réalisé jusqu'à ce jour.

Bouazi Lavri Vincent soutient par ailleurs, que pour pouvoir obtenir cette superficie de 2400 hectares, M. Oda a fait des ponctions sur les terres de N'Djem, Sassako Bégniny, et autres.

«Oda Edouard prétend qu'il a reçu une procuration spéciale des propriétaires terriens qui sont au nombre de 16 pour initier ce lotissement et attribue des attestations villageoises à ceux qui veulent des terrains moyennant des sommes d'argent, »a-t-il précisé.

«Nous voulons interpeller les investisseurs ou opérateurs économiques parce que, ceux qui ont initié ce lotissement, ne sont pas les vrais propriétaires. L'objectif de Oda est de soutirer de l'argent aux opérateurs économiques qui veulent investir à Adoukro. Il se présente tantôt président de la mutuelle, tantôt chef de terre alors qu'il n’est pas de Jacqueville, » a expliqué, le Secrétaire.

Selon lui, les opérateurs économiques qui tomberont dans le piège de Oda Édouard, passeront d'abord sur le corps des populations des différents villages qui ont été spoliés de leurs terres, avant de pouvoir mettre en valeur les lots qui leur seront attribués.

Situé à 400 mètres à la descente du pont de Jacqueville, bien qu'érigé en village depuis 2007, Adoukro, vit dans la léthargie totale. Aucune infrastructure de développement n'est construite sur le site du village. Ce sont quelques milliers d'habitants (essentiellement des béninois) qui vivent dans des abris de fortune au bord de la lagune que nous avons rencontrés ce jour, lors de notre passage.

Le Secrétaire du chef installé par les populations nous a confié qu'un chef a été nommé par l'administration au mépris des us et coutumes et depuis 2015, ce dernier ne peut pas se rendre dans le village, parce qu’il n'est pas en odeur de sainteté avec ses administrés, la population de pêcheurs.

Nous apprenons par ailleurs, que les victimes de M. Oda se comptent par centaines et que ce dernier aurait promis des lots à des ministres, des magistrats et des hauts fonctionnaires de l'administration au cas où son projet aboutissait.

Certainement que ce sont ces personnes qui l'encouragent dans ces actes que la quasi-totalité des populations des villages de Sassako, N'Djem et autres condamnent. Elles attendent donc de pied ferme Oda Edouard qui se proclame tantôt président du comité de gestion, tantôt Président de la mutuelle des cadres d'Adoukro. Des actes d'impostures qu'elles ne comptent pour rien au monde, laisser prospérer.

Copyright © Source (mentionné ci-dessus). Tous droits réservés. Le Land Portal distribue des contenus sans la permission du propriétaire du copyright sur la base de la doctrine "usage loyal" du droit d'auteur, ce qui signifie que nous affichons des articles de presse pour des fins d'information non commerciales. Si vous êtes le propriétaire de l'article ou d'un rapport et que vous souhaitez qu'il soit retiré, s'il vous plaît nous contacter à hello@landportal.info et nous le supprimerons immédiatement.

Divers articles de presse liés à la gouvernance foncière sont publiés sur le Land Portal chaque jour par ses utilisateurs, à partir de diverses sources, telles que les agences de presse et d'autres institutions et individus, ce qui représente une diversité de positions sur tous les sujets. Le droit est à la source de l'article; la Land Portal Foundation n'a pas le droit de modifier ou de corriger l'article, ni d'endosser son contenu. Pour apporter des corrections ou demander la permission de republier ou toute autre utilisation de ce contenu, merci de contacter le titulaire du droit d'auteur.

Partagez cette page