L'insécurité de tenure : Pas de solution miracle [Partie 2 de 2] | Land Portal

C'est la deuxième partie d'une série de blogs Land Portal sur les données et l'analyse de l'(in)sécurité des tenures. Dans la première partie, nous avons demandé à Rick de Satge d'explorer la provenance et l'impact de la statistique courante sur l'insécurité foncière selon laquelle "deux tiers de la population mondiale n'ont pas accès à un régime foncier sûr". Dans la deuxième partie, il examine les intersections entre le récit original des 70/30 et les données contemporaines de l'enquête Prindex sur les perceptions mondiales de l'insécurité foncière. Il se concentre sur l'Afrique subsaharienne pour explorer les liens entre les données de Prindex et le rapport de l'OIM sur les migrations mondiales pour 2022. La persistance de l'instabilité politique et économique, exacerbée par le changement climatique, remet en question l'hypothèse de longue date selon laquelle la formalisation des droits fonciers serait une garantie fiable de sécurité d'occupation.


L'insécurité de tenure : Pas de solution miracle

Par Rick de Satgé

Il est communément admis que si les droits fonciers et de propriété ne sont pas enregistrés, ils ne sont pas sûrs. Par conséquent, la formalisation et la documentation des droits fonciers doivent renforcer la sécurité d'occupation. Mais est-ce bien le cas ? 

La nécessité de renforcer la sécurité foncière figure en bonne place dans les Objectifs de développement durable (ODD). L'indicateur 1.4.2 des ODD propose deux types de mesures pour la sécurité foncière :

  • la proportion d'adultes ayant des droits de propriété légalement documentés, 

  • La proportion d'adultes qui perçoivent leurs droits à la terre comme étant sûrs. 

Comme nous l'avons examiné dans la première partie il y a toujours un manque de données concrètes sur l'étendue des droits de propriété légalement documentés dans le monde. Cependant, même si nous disposions de chiffres fiables sur les droits fonciers documentés, ceux-ci ne nous diraient pas tout sur la sécurité des droits fonciers. Dans les pays du Sud, les recherches suggèrent qu'il y a souvent un manque de transparence écart substantiel (lien externe) entre les informations figurant sur le titre de propriété ou le certificat de droits fonciers et les droits reconnus sur le terrain. Les droits et les systèmes sont en constante évolution. Même dans les pays où des investissements importants ont été réalisés pour formaliser les droits fonciers, les transactions ultérieures peuvent revenir à l'informel. Par exemple, au Rwanda, qui a été le premier pays d'Afrique à procéder à l'enregistrement initial des droits fonciers à l'échelle nationale, des données récentes suggèrent (lien externe) que cinq ans plus tard, 87 % des transactions foncières en milieu rural restent informelles. En Afrique du Sud, des recherches sur la façon dont le les pauvres détiennent, échangent et accèdent aux terres (lien externe) dans les quartiers informels suggère que de multiples facteurs influencent la façon dont les gens perçoivent leur sécurité d'occupation et que les droits officiellement enregistrés ne sont pas nécessairement considérés comme importants.

Au niveau mondial, l'analyse la plus large des perceptions individuelles de la sécurité foncière a été fournie par Prindex, une ONG mesurant les perceptions mondiales des droits fonciers et de propriété.  L'enquête Prindex (le lien est externe) est considéré par beaucoup comme la source contemporaine de données mondiales la plus fiable, fondée sur les perceptions de plus de 90 000 femmes et 78 400 hommes interrogés sur la sécurité d'occupation dans 140 pays du monde. 

Le graphique Prindex ci-dessous montre que les taux d'insécurité perçus varient considérablement dans le monde.

Les résultats de Prindex révèlent comment le type de mesure utilisé - l'existence de droits fonciers légalement documentés ou la perception individuelle de la sécurité relative de leur occupation - aboutit à des évaluations globales très différentes du nombre de personnes dont l'occupation est précaire. 

Dans la première partie, nous avons exploré les origines de l'affirmation selon laquelle les droits fonciers de 70 % des personnes étaient précaires parce qu'ils n'étaient pas formellement enregistrés. Le nombre de personnes auxquelles se réfère cette estimation de 70% n'est pas clair. Certains ont cité ce chiffre comme une représentation de l'insécurité foncière mondiale. D'autres ont indexé ce chiffre sur la population des pays du "monde en développement". Quelle que soit l'interprétation retenue, 70 % de la population mondiale ou de celle des pays en voie de développement éclipserait complètement les 960 millions de personnes, non négligeables, identifiées par l'enquête Prindex, qui perçoivent l'insécurité de leur occupation dans le monde.

En Afrique subsaharienne, Prindex indique que 26% (121 millions de personnes) considèrent que leur régime foncier est précaire.  Toutefois, si l'on inverse les chiffres, on peut affirmer que 74 % des habitants de l'Afrique subsaharienne considèrent que leur mode d'occupation est relativement sûr. Alors, comment deux histoires aussi différentes, aboutissant à des conclusions fondamentalement différentes, peuvent-elles exister côte à côte ? 

La juxtaposition inconfortable de ces deux estimations soulève des questions importantes sur la manière dont les données sur l'insécurité foncière sont conceptualisées et agrégées. En fin de compte, elle pose une question plus importante sur ce que signifie réellement l'insécurité d'occupation et sur la façon dont nous pouvons la mesurer.

Si l'on approfondit les résultats de l'enquête Prindex, les données relatives à l'Afrique subsaharienne sont intéressantes. Cette région est généralement considérée comme l'une des régions du monde où l'insécurité politique et la précarité économique sont les plus grandes, et la plus vulnérable aux impacts du changement climatique.

Malgré cela, comme le révèle l'infographie Prindex ci-dessous, les perceptions de l'insécurité varient considérablement d'un pays à l'autre

A picture containing chart</p>
<p>Description automatically generated

Source:  Prindex - Six infographies sur les droits fonciers et de propriété en Afrique sub-saharienne

Cependant, il est clair que l'expression de l'insécurité foncière en termes de pourcentage ne donne pas une image complète de la situation et peut même être trompeuse. La perception cumulée de 26% d'insécurité foncière en Afrique subsaharienne doit être évaluée par rapport à la bande de pays non enquêtés, en gris sur la carte ci-dessus. Il s'agit de l'Angola, de la RDC, de la République centrafricaine, du Soudan, du Sud-Soudan et de la Somalie - tous ces pays ont des antécédents de conflits prolongés qui ont des implications majeures sur la sécurité relative des droits fonciers. Il serait raisonnable de supposer que si ces pays étaient inclus dans l'enquête, le pourcentage de la population qui considère sa tenure comme précaire pourrait augmenter de manière significative. 

Tout ceci nous rappelle que l'analyse des données et les conclusions qui en découlent reflètent la manière dont les enquêtes sont conçues, la méthodologie d'échantillonnage employée et la profondeur de l'ensemble de données. Cela souligne également l'importance d'ancrer les données dans le contexte et la nécessité de s'appuyer sur des sources de données multiples pour mieux évaluer les moteurs de l'insécurité foncière dans l'espace et le lieu.

Par exemple, si les conclusions de l'étude Prindex sont lues conjointement avec le rapport 2022 sur les migrations mondiales produit par l'Organisation internationale pour les migrations, de nouvelles perspectives peuvent être obtenues sur les relations dynamiques entre les conflits, les catastrophes liées au climat et l'insécurité des droits fonciers. 

Les conflits créent des réfugiés et des demandeurs d'asile. Les populations sont contraintes de se déplacer à la fois au-delà des frontières et à l'intérieur des pays. Les migrations forcées ont d'énormes répercussions sur l'insécurité foncière, la pression sur les terres et les ressources naturelles. Sur les 20 pays comptant le plus grand nombre de personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays, 50 % se trouvent en Afrique. En 2020, quelque 2,2 millions de personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays dans la seule RDC.

 

Chart</p>
<p>Description automatically generated

Les 10 premiers pays africains par nombre total de réfugiés et de demandeurs d'asile. Source : Rapport mondial sur la migration 2022

Les conflits et les migrations forcées entraînent des droits fonciers conflictuels et qui se chevauchent.  Ces droits peuvent déclencher de nouveaux cycles de conflit, à la fois dans les régions ou les pays où les personnes sont déplacées et, par la suite, dans leur pays d'origine, lorsque les réfugiés et les personnes déplacées reviennent pour trouver leurs terres occupées par d'autres. L'impact du conflit et des déplacements de longue date en République démocratique du Congo et dans la région des Grands Lacs illustre bien ce phénomène. La RDC n'est devancée que par la Syrie en ce qui concerne le nombre de personnes déplacées.

En ce qui concerne le nombre de personnes déplacé.

es.

 

Chart, bar chart</p>
<p>Description automatically generated

Les 20 premiers pays comptant le plus grand nombre de personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays par des conflits et des violences à la fin de 2020 (en millions). Source : Rapport mondial sur la migration 2022.

L'interaction entre l'OIM et les données Prindex révèle la nature dynamique et de plus en plus précaire du contexte politique et socio-économique dans une grande partie de l'Afrique subsaharienne.  Cela renforce l'une des conclusions les plus éclairantes de Prindex, à savoir que le fait de disposer d'un droit foncier documenté en Afrique subsaharienne n'est pas perçu comme garantissant automatiquement la sécurité d'occupation. En fait, cela peut même cimenter la dépossession des personnes déplacées par un conflit, car de nouveaux certificats sont émis pour légitimer l'appropriation des terres et des biens.

Chart, bar chart</p>
<p>Description automatically generated

Source:  Prindex - Six infographies sur les droits fonciers et de propriété en Afrique sub-saharienne

Cela amène Prindex à conclure que "la formalisation des droits fonciers ne constitue pas nécessairement une solution globale à l'insécurité".

Cette conclusion est d'une importance fondamentale. Elle exige que nous posions des questions difficiles sur l'hypothèse de base qui sous-tendait le récit initial des 70/30, à savoir que l'établissement de titres de propriété et l'enregistrement des droits fonciers contribueraient grandement à garantir la sécurité d'occupation et, ce faisant, transformeraient par magie le "capital mort" en "actifs fongibles". Cela suggère que nous devons chercher ailleurs des solutions à l'insécurité foncière et nous attaquer à ses causes premières.

Dans l'ensemble, la valeur du Prindex et des données connexes réside bien plus dans le fait qu'ils ouvrent une fenêtre sur des pays et des contextes régionaux particuliers, et moins dans les résultats agrégés et le calcul des chiffres globaux.  

Ce que l'histoire originale de 70/30 a caché, c'est que l'insécurité foncière reste spécifique au contexte et obstinément insensible à une solution rapide. La formalisation et la documentation des droits fonciers ne garantissent pas en soi la sécurité d'occupation et peuvent même faciliter la captation des élites. Les relations des gens avec la terre sont façonnées par des histoires variées de dépossession et d'acquisition de terres. Elles sont déterminées par l'interaction complexe entre les valeurs sociales, le droit coutumier et statutaire, la politique, la pauvreté, le pouvoir relatif, les conflits et la vulnérabilité climatique.  Ils reflètent la manière dont ces relations se déroulent dans le temps et dans l'espace. Ce sont ces facteurs que nous devons prendre en compte si nous voulons progresser dans la garantie de droits fonciers équitables pour tous.  


Références

Adzawla, W., M. Sawaneh and A. M. Yusuf (2019). "Greenhouse gasses emission and economic growth nexus of sub-Saharan Africa." Scientific African 3: e00065.

Ali, D. A., K. Deininger, G. Mahofa and R. Nyakulama (2021). "Sustaining land registration benefits by addressing the challenges of reversion to informality in Rwanda." Land Use Policy 110: 104317.

De Soto, H. (2000). The mystery of capital. London, Bantam Press.

Kingwill, R. (2018). "Title deeds for all: It isn't that simple."   Retrieved 11 November, 2018, from https://www.politicsweb.co.za/opinion/title-deeds-for-all-it-isnt-that-simple.

Marx, C., L. Royston and U. LandMark (2007). "How the poor access, hold and trade land." Urban Land Markets, Research by Isandla Institute, Stephen Berrisford Consulting with Progressus Research and Development, London (http://www. urbanlandmark. org. za/downloads/OOM_booklet_v5ss. pdf).

McAuliffe, M. and A. Triandafyllidou, Eds. (2021). World Migration Report 2022. Geneva, International Organization for Migration (IOM).

Prindex (2021). Six infographics on land and property rights in Sub-Saharan Africa.

Photo de Hervé Simon sur Flickr


Lisez la première partie de cette série de blogs en deux parties sur l'(in)sécurité des tenures ici

Share this page