Skip to main content

page search

News & Events Suivre l'état de l'information foncière
Suivre l'état de l'information foncière
Suivre l'état de l'information foncière
Tracking the State of Land Information
Tracking the State of Land Information

À la Fondation Land Portal, nous plaidons pour des données foncières ouvertes et reconnaissons l'importance des données foncières pour stimuler le progrès en faveur du développement durable. Notre objectif est d'impliquer les parties prenantes et de développer des mesures de soutien pour promouvoir l'accessibilité accrue des informations foncières et soutenir le renforcement des capacités à cet égard. Le défi actuel auquel nous sommes confrontés est l'inaccessibilité de données foncières mal gérées, souvent limitées à des sources localisées et éclipsées par des informations provenant de grandes organisations. Nous insistons sur la nécessité de rendre l'information plus disponible et accessible au niveau national.

Nous soulignons que l'information n'est pas seulement un droit fondamental, mais aussi un instrument clé pour la réalisation d'autres droits. L'accès à l'information n'est pas un luxe ou une considération secondaire, mais il est fondamental pour parvenir à une bonne gouvernance foncière et à l'accès à des services tels que l'eau, l'assainissement et la nutrition. L'accès à l'information est une question centrale des objectifs de développement durable (ODD) et un droit fondamental en vertu de la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples. L'Union africaine a élaboré une loi type sur l'accès à l'information afin de guider les pays membres dans l'adoption de cadres juridiques visant à étendre la protection du droit à l'information.

Le Land Portal développe l'indice de l'état de l'information foncière (SOLIndex), afin de suivre l'ouverture des données foncières à l'échelle mondiale. Notre objectif est de rendre les résultats exploitables en fournissant aux pays un point de référence et un outil de diagnostic pour améliorer l'accessibilité des informations foncières. Nous avons également élaboré le guide Open Up sur la gouvernance foncière afin de soutenir les actions d'ouverture de l'information.

Nous cherchons à compléter les initiatives existantes de suivi des données, telles que le SDG Tracker et le module sur les terres du Global Data Barometer. Nous reconnaissons l'importance de l'éthique, de l'équité et de l'inclusion lorsque nous discutons des données, car les données elles-mêmes peuvent être neutres, mais l'utilisation et le déploiement de l'information font en fin de compte partie des processus politiques et de gouvernance.

Le SOLIndex utilise un cadre pour les données foncières basé sur les fonctions de l'administration foncière et le besoin de services liés à la terre. Il est fondé sur le lien entre l'administration foncière, les données ouvertes et les données foncières dans le cadre d'une approche de développement d'indicateurs fondée sur les droits de l'homme. L'accent est mis sur l'évaluation de l'ouverture et de l'accessibilité des données foncières en comprenant la disponibilité des informations du secteur public et en évaluant leur ouverture afin de fournir des indicateurs comparables au niveau mondial. L'objectif est de différencier les données qui sont publiques mais pas vraiment ouvertes, telles que les informations incorporées dans les rapports PDF. La méthodologie permet la mise à jour des données et vise à promouvoir l'engagement. Quatre catégories de données essentielles sont identifiées : les données relatives à la tenure, à l'utilisation des terres, à la valeur des terres et au développement des terres. Nous reconnaissons que toutes les catégories ne s'appliquent pas à tous les pays. Nous avons développé dix critères pour les données ouvertes, y compris l'accessibilité en ligne, les normes de métadonnées, les options de téléchargement en masse et les licences lisibles par machine. 

Le SOLIndex vise à soutenir la transparence, à améliorer la prise de décision et à fournir un outil de diagnostic aux décideurs politiques, aux dépositaires de données foncières, aux chercheurs et aux praticiens. L'index se concentre sur des questions clés telles que la quantité de données en ligne disponibles et leur inclusivité. Il examine différentes catégories de données foncières, notamment les données sur le régime foncier, les terres communales et les terres indigènes. L'index examine également si les données sont ventilées par sexe et souligne l'importance de l'exhaustivité des données. Les résultats de l'indice peuvent être utilisés pour le lobbying, le plaidoyer et la compréhension de l'ouverture des données foncières au niveau mondial par rapport à des critères de référence bien définis. Au niveau national, l'indice permet une analyse plus approfondie des données foncières spécifiques, y compris leurs caractéristiques techniques, leur interopérabilité et les obstacles potentiels à l'amélioration de l'accès.

Grâce au SOLIndex, nous visons à compléter les connaissances et les indicateurs existants plutôt qu'à les dupliquer. Nous nous sommes engagés avec des organisations telles que la Coalition internationale pour l'accès à la terre, Transparency International et le Baromètre mondial des données afin d'assurer l'alignement et la complémentarité.

Nous prévoyons de mener un projet pilote dans environ 17 pays d'ici la fin de l'année et de l'étendre à plus de 100 pays d'ici 2025. Nous formons activement des partenariats avec des entités telles que Land Matrix, Prindex, LANDex, la FAO et le Baromètre mondial des données afin de créer une vaste alliance pour l'utilisation et l'adoption de l'indicateur.

Les premiers résultats des travaux réalisés dans les pays pilotes montrent des tendances positives, en particulier en Afrique. Plus de 50 % des pays africains ont adopté des lois sur l'accès à l'information, et huit autres pays sont en train de le faire. Cela montre que les gouvernements reconnaissent de plus en plus que l'accès à l'information est une question fondamentale qui doit être traitée. En outre, 36 pays disposent de lois sur la protection des données, ce qui témoigne de l'importance accordée à la protection de la vie privée et à la sécurité.

L'existence d'une législation sur l'accès à l'information est corrélée à de meilleurs résultats en termes d'ouverture, mais il ne s'agit pas d'une relation linéaire. Certains pays ne disposant pas d'une législation spécifique ont progressé dans l'ouverture des données foncières sur la base de politiques ou de réglementations préexistantes. Le leadership à cet égard s'étend au-delà des pays individuels, avec des institutions panafricaines telles que la Banque africaine de développement qui adoptent des politiques d'accès ouvert à l'information pour l'accomplissement interne de leur mission. En ce qui concerne les catégories de données spécifiques, les données juridiques et politiques (bibliographiques) tendent à être plus ouvertes et bien développées, tandis que les données sur le régime foncier et l'aménagement du territoire sont peu disponibles. Toutefois, il convient de noter qu'il existe souvent plus de données dans les pays qu'on ne le pense au début de la recherche.

Dans l'ensemble, les résultats préliminaires suggèrent à la fois des domaines d'amélioration et un potentiel inexploité en matière de disponibilité des données. Le SOLIndex vise à fournir une image complète de l'ouverture des données foncières dans le monde entier, en aidant à la prise de décision, en promouvant la transparence et en facilitant les interventions ciblées pour améliorer l'accessibilité et l'interopérabilité des données.

 

 

Il s'agit d'un résumé de la présentation de Charl-Thom Bayer à la conférence internationale IOS-Fair Transitions-LANDac 2023. Charl-Thom Bayer est spécialiste de la gestion de l'information foncière à la Fondation Land Portal.