Peru - Context et Gouvernance Foncière | Land Portal
Ricefields, Tarapoto, Peru, photo by Bruno Locatelli/CIFOR 2017, CC BY-NC-ND 2.0 license

Le Pérou est également riche sur le plan culturel et connu pour être le berceau de l'empire inca. Sa population de 31,2 millions d'habitants se compose de 60 % de métis, de 5,9 % de Blancs, de 3,6 % de personnes d'origine africaine et d'environ 25 % de personnes se déclarant autochtones. La population indigène est composée de 55 groupes ethniques, le quechua étant le plus important (22,3 %), suivi de l'aymara (2,4 %) et des indigènes ou autochtones de l'Amazonie (0,3 %)[1].

La gouvernance foncière au Pérou est passée par plusieurs phases, d'un système concentré entre quelques mains jusque dans les années 1960 où 90% des terres agricoles appartenaient à 5% des propriétaires, à un système collectiviste avec la réforme agraire des années 1970, et à une tendance actuelle à la propriété privée mais avec une forte participation des petites exploitations[2]. La réforme agraire (1969-1991) a éliminé le marché des terres agricoles et le transfert des terres a été exceptionnellement autorisé. L'investissement des sociétés à but lucratif dans l'agriculture a été éliminé, favorisant la création de sociétés associatives, notamment de coopératives agricoles, sous un régime de propriété collective. En 1980, la loi sur la promotion et le développement de l'agriculture a autorisé le morcellement des terres précédemment attribuées aux entreprises associatives en petites exploitations en faveur de paysans individuels. Dans les années 90, l'intérêt pour attirer les investissements a entraîné la libre formalisation ou la légalisation du marché foncier et a permis à nouveau le libre transfert des terres. 

Un élément qui a caractérisé la gouvernance foncière au Pérou est la manière dont la situation de la population indigène a été articulée en relation avec la terre, suivant les idées de José Carlos Mariátegui, un intellectuel péruvien renommé, défenseur des principes marxistes. Dans son influent ouvrage Sept essais d'interprétation de la réalité péruvienne, publié en 1928, Mariátegui définit le problème indigène en termes économiques comme un problème de terre[3]. La compréhension de la situation des indigènes dans une perspective de classe a eu un double effet : d'une part, elle a ignoré le lien culturel des peuples indigènes avec leur territoire et, d'autre part, elle a entraîné un changement d'identité des "indigènes" aux "paysans" aux yeux de la société péruvienne. Ce passage d'une identité culturelle à une identité de classe, qui a été initialement introduit par le gouvernement militaire en 1969 avec la loi sur la réforme agraire, a surtout touché les populations indigènes des hauts plateaux (principalement les Quechuas), et pas tellement les indigènes de l'Amazonie, qui seront définis plus tard comme des "indigènes". Cette distinction entre paysans et indigènes se reflète toujours dans la législation actuelle.

Législation et réglementation foncières

La Constitution péruvienne de 1993, ainsi que celle de 1979, garantit le droit de toute personne à posséder des biens et à en hériter (article 2). Ce droit n'est pas absolu car il doit être exercé "en harmonie avec le bien commun" et "dans les limites de la loi". Nul ne peut être privé de ses biens, sauf pour des raisons de sécurité nationale ou de nécessité publique, conformément à la loi, et moyennant le versement d'une indemnité en espèces (article 70). La Constitution reconnaît des conditions de propriété égales pour les nationaux et les étrangers, bien que les étrangers ne puissent pas demander d'exceptions et ne peuvent acquérir ou posséder aucune propriété à moins de 50 kilomètres des frontières péruviennes (article 71). Les terres abandonnées deviennent la propriété de l'État et peuvent être vendues.

En 1991, l'objectif d'attirer les investissements privés a donné une impulsion aux efforts d'enregistrement des terres et de délivrance des titres de propriété par la loi n° 667 sur le registre des terres rurales. La loi sur la promotion des investissements dans le secteur agricole n° 653, datant également de 1991, a supprimé toutes les restrictions, y compris le transfert des terres rurales et les restrictions d'accès à la terre pour les entités commerciales, ce qui est considéré comme la fin de la réforme agraire. Cette ouverture à la propriété foncière commerciale est exprimée dans la Constitution de 1993 par la reconnaissance des droits fonciers à "toute autre forme de tenure associative" en plus des tenures privées et communales (Art. 88)[6].

En 1995, la loi n° 26505, plus connue sous le nom de loi foncière, (modifiée ultérieurement par les lois n° 26570, 26597, 26681) a fixé les principes visant à promouvoir les investissements privés pour le développement des activités économiques, y compris sur les terres des communautés paysannes et autochtones[7]. La loi établit un régime libéral en matière de terres par rapport à la législation précédente et garantit l'accès aux terres à toute personne physique et morale sans limitation d'extension et d'utilisation (article 4). Le règlement de la loi stipule que toute terre susceptible d'être utilisée à des fins agricoles peut être offerte à des investissements privés (article 4)[8]. 

Certaines législations incluent des mesures de promotion des petites exploitations mais avec une mise en œuvre discutable. La loi n° 30355, de 2015, est spécifiquement consacrée au soutien des producteurs familiaux par des mesures telles que la formalisation des titres fonciers, la fourniture d'un soutien technique et technologique, le développement de programmes financiers, la promotion de l'accès effectif à l'eau et aux autres services de base, et la promotion de l'association et de la coopération des producteurs familiaux, entre autres[9]. Selon certaines études, les efforts pour créer des associations de petits producteurs n'ont pas été efficaces en raison du manque d'adaptation à l'expérience et à la culture de ces producteurs. En outre, les initiatives ont commencé à s'estomper une fois le programme officiel terminé en raison de l'absence de services d'orientation et de conseil[10].  

Les normes relatives aux agriculteurs touchés par des catastrophes naturelles ou à la production biologique sont également favorables aux petits producteurs. De même, en ce qui concerne les terres en friche (tierras eriazas), la loi n° 26505 (modifiée en 2002) a permis que les terres qui, en juillet 2001, étaient en possession de petits agriculteurs et d'associations à des fins agricoles et sur lesquelles des activités agricoles ont été réalisées, soient données en propriété par adjudication directe au profit des possesseurs indiqués[11]. 

 

 

Système de tenure foncière

Les données récentes sur le régime foncier au Pérou sont rares. Le dernier recensement agraire date de 2012. Une enquête agraire plus récente a été menée en 2019, mais les données claires de cette dernière ne sont pas facilement accessibles. 

Dans le recensement de 2012, les types d'occupation des terres agricoles comprennent les terres privées, les terres communales, les baux et les possessions (posesionario).. Cette année-là, la majorité des terres agricoles (90%) étaient en mains privées, 4% étaient des terres communales, environ 2% des possessions et 1,5% des baux (selon le CEPES, 3% étaient des possessions et 2% des baux)[13]. Une caractéristique du paysage agraire péruvien a été la tendance à la petite propriété. À titre d'illustration, en 2012, le plus grand nombre d'unités foncières était inférieur à 0,5 ha (507 137 sur 2 213 506 unités foncières)[14]. 

Le faible titrage a été un défi au Pérou, à partir du morcellement des terres dans les années 1980 qui n'a pas toujours été formalisé dans le registre. En 2012, seulement 27% des terres agricoles privées étaient enregistrées[15]. Plus de la moitié (52%) des terres agricoles privées n'étaient ni titrées ni en voie de l'être. La majorité des acquisitions des unités foncières sont héritées et la plupart d'entre elles ne sont pas titrées[16].

Les coûts du processus d'établissement des titres de propriété, tant en termes de temps que d'argent, démotivent les propriétaires et les procédures informelles de transfert des terres semblent être privilégiées. L'établissement des titres de propriété des terres communales est particulièrement difficile. Par exemple, pour l'établissement des titres de propriété des terres communales indigènes, il y a une longue procédure bureaucratique qui comprend 22 étapes en pratique, elle implique 12 bureaux différents et, selon certaines études, les communautés peuvent avoir besoin d'une moyenne de huit ans pour compléter le processus[17]. En outre, même si, selon la loi, les communautés sont exemptées de tout paiement administratif pour les formalités, l'octroi de titres de propriété nécessite la mobilisation d'une équipe technique pour la délimitation des terres et l'évaluation agroécologique, ce qui peut coûter jusqu'à 10 000 USD aux gouvernements locaux[18].  

Une étude du Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR) sur l'attribution de titres de propriété aux communautés indigènes en Amazonie péruvienne révèle certains des obstacles à l'attribution de titres de propriété au Pérou du point de vue des responsables de la mise en œuvre[19]. Certains de ces obstacles sont le manque de coordination entre les agences gouvernementales aux niveaux national et local, le coût élevé de la création de cartes avec les frontières des terres communales, et les conflits autour des droits et des frontières de la terre en raison des différentes compréhensions des droits fonciers par les peuples autochtones et les fonctionnaires du gouvernement. Des points de vue différents ont également été constatés entre les fonctionnaires du gouvernement au niveau national, pour qui les réformes des titres de propriété sont le moyen de formaliser les droits fonciers, et les fonctionnaires régionaux qui considèrent les titres de propriété comme un moyen d'accroître l'accès et l'utilisation des ressources pour le bien-être des communautés autochtones[20].  

La qualité des titres de propriété est également un défi au Pérou. Selon le ministère du développement agricole et de l'irrigation (Midagri), les titres de propriété existants ne reflètent pas toujours la réalité, et des efforts supplémentaires sont nécessaires pour garantir l'exactitude des données tant dans les documents de titrage que dans le cadastre[21].

La mise en œuvre du processus de titrage au Pérou est affectée par plusieurs facteurs politiques, économiques et sociaux[22]. Les principaux facteurs politiques sont les changements de gouvernement, les incongruités et les différentes priorités et compréhensions des titres de propriété, et un processus de décentralisation incomplet. Outre les désaccords déjà mentionnés entre les fonctionnaires du gouvernement central et les fonctionnaires régionaux, il existe également des désaccords entre les lois concernant la formalisation des droits collectifs et les attentes des communautés autochtones. La tension réside dans le fait que la loi établit des procédures distinctes

pour les terres à usage agraire et les terres à usage forestier alors que les communautés autochtones conçoivent leurs terres comme une seule entité intégrale. Ces obstacles se traduisent par un budget insuffisant pour que les bureaux régionaux puissent mettre en œuvre le processus d'établissement des titres de propriété, une information, une éducation et une sensibilisation insuffisantes aux problèmes des communautés, un manque de personnel et une faible volonté politique. En ce qui concerne la décentralisation, les gouvernements régionaux ont été établis en 2003. En ce qui concerne l'établissement des titres fonciers, 90 % du processus relève de la responsabilité des bureaux agraires régionaux. Cette responsabilité élevée ainsi que les obstacles mentionnés précédemment empêchent la mise en œuvre réussie de l'enregistrement des titres fonciers. 

Parmi les facteurs économiques, citons la répartition inégale du budget entre le gouvernement national et le gouvernement régional pour la mise en œuvre de l'établissement des titres de propriété, et la priorité accordée aux intérêts nationaux dans des secteurs tels que l'extraction minière et d'hydrocarbures. Les principaux facteurs sociaux sont les différences ethniques et les normes culturelles. 

Les faibles niveaux d'enregistrement des titres de propriété ont un impact direct sur le marché foncier péruvien et, en fin de compte, sur l'économie rurale, puisque les terres qui ne sont pas enregistrées ne peuvent pas faire partie des achats et ventes officiels. Cela a un impact sur la valeur de la terre, qui n'augmente pas en fonction de la fluctuation de l'offre et de la demande. Un autre impact du manque de titres de propriété est l'impossibilité pour les agriculteurs d'obtenir un crédit si leurs terres ne sont pas enregistrées. 

Un certain nombre de projets relatifs aux titres fonciers ont récemment été lancés pour augmenter le nombre de titres au Pérou. L'un d'eux est le projet de cadastre, de titrage et d'enregistrement des terres rurales au Pérou (PTRT3) promu par le Midagri en 2015 et financé en partie par la Banque interaméricaine de développement. Outre le titrage et l'enregistrement des terres rurales, le projet vise à développer une plateforme numérique pour faciliter les services cadastraux et à renforcer la capacité institutionnelle pour le titrage des terres rurales. Le projet est mis en œuvre dans les régions d'Amazonas, San Martin, Cajamarca, Huanuco, Junin, Ucayali, Apurimac, Cusco, Puno et Loreto[23].

De même, en 2018, le Midagri a lancé le premier système cadastral des communautés paysannes et indigènes (SIC Comunidades) et le système cadastral des propriétés rurales (SICAR). L'objectif du SIC Comunidades est de garantir les droits de propriété des communautés paysannes et indigènes afin d'éviter le trafic de terres et le chevauchement des droits. Le titre de propriété est gratuit pour ces communautés. Son utilisation est obligatoire pour les autorités locales[24]. Les institutions chargées de l'enregistrement des terres et des titres de propriété sont les gouvernements régionaux[25].

Droits fonciers communautaires

Démographiquement, au Pérou vivent plusieurs types de communautés : les paysans, les indigènes, les ribereña de la région amazonienne, les communautés de pêcheurs, les afroperuviens et les ronderos des Andes[26]. En ce qui concerne les droits fonciers communautaires, cependant, seuls deux sont officiellement reconnus : les communautés paysannes et les communautés autochtones. Le reste des communautés peut s'inscrire dans l'une ou l'autre selon la façon dont elles s'identifient. L'auto-identification a été un élément clé de la reconnaissance politique des droits des peuples autochtones, conformément à la Convention 169 de l'OIT relative aux peuples indigènes et tribaux, ratifiée par le Pérou en 1994[27].

Au départ, après plusieurs années de conflits fonciers entre le gouvernement péruvien et la population indigène, la Constitution de 1920 a reconnu le droit à la propriété foncière privée et collective aux communautés indigènes. Cette situation a changé en 1969 avec la réforme agraire, lorsque les communautés indigènes ont été considérées comme des communautés paysannes[28]. C'est en 1974 que les communautés indigènes ont été légalement reconnues par le décret 20653.

La Constitution de 1993 reconnaît la propriété des communautés indigènes et paysannes sur leurs terres comme imprescriptible (article 89). Cela implique que les terres des communautés indigènes et paysannes peuvent être vendues, données ou cédées, ce qui a été perçu comme une réduction de la protection de l'accès des indigènes et des paysans à la terre par rapport à la Constitution de 1920, où, en plus d'être imprescriptible, leur terre était également inaliénable et insaisissable[29]. 

Depuis 2006, l'État reconnaît également les "réserves indigènes" par la loi n° 28736 pour la protection des peuples indigènes ou aborigènes en situation d'isolement et de premier contact. Cette loi reconnaît le droit de ces groupes à posséder les terres qu'ils occupent, en limitant l'entrée aux étrangers, et stipule que leur propriété sur les terres qu'ils possèdent est garantie lorsqu'ils adoptent un mode de vie sédentaire. Les réserves indigènes sont intangibles, ce qui signifie que personne ne peut s'y installer en dehors des peuples indigènes qui y vivent déjà. Toute activité en dehors des activités autochtones ancestrales est interdite, et il n'existe aucun droit d'utilisation des ressources naturelles en dehors de ceux détenus par les habitants autochtones ou de ceux qui utilisent des méthodes qui ne portent pas atteinte aux droits des peuples autochtones[30]. Il existe actuellement sept réserves indigènes au Pérou. La dernière a été créée en juillet 2021 en faveur du peuple Kakataibo[31]. Les réserves indigènes occupent 3% du territoire péruvien. 

Les terres indigènes et communautaires du Pérou représentent 56,6% de la superficie totale du pays[32]. L'évaluation LandMark sur la sécurité juridique des terres indigènes et communautaires donne au Pérou un score de 1,6, soit 1 "problème entièrement traité" et 2 "progrès significatifs"[33]. Cette évaluation ne tient pas compte de la mise en œuvre de la législation. 

En ce qui concerne les titres de propriété, selon certaines sources, 28,2 % des 49 % de terres communales du Pérou appartiennent à des communautés paysannes et indigènes et 20,9 % sont sans titre[34]. Néanmoins, même si leurs terres sont titrées, certaines communautés sont confrontées au problème qu'elles ne sont pas géoréférencées. D'après les données de 2021, le CEPES affirme que si l'on additionne les communautés reconnues qui n'ont pas de titre de propriété (1408) et celles qui ont un titre de propriété mais ne sont pas géoréférencées (5650), on constate que sur le nombre total de communautés reconnues (8540), 82,6% (7058) n'ont pas de moyen d'accréditer pleinement leurs droits de propriété[35].

Cependant, certains groupes autochtones contestent l'attribution de titres de propriété sur les terres communales et demandent plutôt la reconnaissance de l'ensemble du territoire comme partie intégrante de leur culture, conformément à une demande d'autodétermination. C'est le cas de la "nation" Wampi, telle qu'elle se définit elle-même, qui a rejeté la reconnaissance des terres communales et réclame au contraire la souveraineté sur l'ensemble de son territoire ancestral. Les dirigeants wampis affirment que l'attribution de parcelles de terre séparées à chaque communauté wampi laisse une partie du territoire sans titre, ce qui peut être utilisé par l'État pour accorder des concessions forestières, pétrolières ou minières, et cela brise l'intégrité de leur territoire. La nation Wampi s'est déclarée de facto Gouvernement Territorial Autonome de la Nation Wampis et exerce sa souveraineté sur un territoire de 1.300.000 ha entre les régions de Loreto et Amazonas[36]. 

Néanmoins, le cadre juridique péruvien ne reconnaît pas le droit à l'autodétermination aux peuples autochtones. L'Etat péruvien veut nommer une partie du territoire Wampi comme Zone Réservée Santiago-Comaina, mais cela déclenche la suspicion des autorités Wampis quant aux bonnes intentions de l'Etat dans cette démarche. Simultanément, la nation Wampi a demandé à l'ONU d'être reconnue comme Territoire de Vie pour la contribution de cette nation à la protection de l'environnement[37]. En septembre 2021, l'ONU a inscrit la nation Wampi au registre des territoires et zones conservés par les peuples autochtones et les communautés locales (TICCA), reconnaissant l'effet positif sur la conservation de l'environnement de la gestion du territoire par les Wampi[38]. 

Les autres défis auxquels sont confrontés les peuples autochtones en matière de régime foncier sont les conflits de frontières entre communautés, l'exploitation forestière illégale, le chevauchement des droits d'extraction et la gestion inefficace des ressources[39].

 

Tendances dans l'utilisation des terres

En 2010, les zones urbaines du Pérou couvraient 16 425 km2. Une étude sur l'urbanisme de 2019 indique qu'au cours des deux dernières décennies, les villes du Pérou se sont étendues de 50 %, et que plus de 90 % de cette expansion est constituée d'urbanisations informelles. Ces dernières sont des établissements qui ne disposent pas d'une habilitation urbaine complète, telle qu'une accessibilité adéquate, une distribution d'eau et d'énergie, un système de drainage ou un éclairage public[41]

La superficie agricole a également augmenté au cours de la dernière décennie pour atteindre 11,6 millions d'hectares en 2021, contre 7 125 000 hectares en 2012[42]. On ne sait pas exactement où cette augmentation a eu lieu, mais l'une des hypothèses est qu'elle s'est produite principalement dans la région amazonienne, probablement en raison de la migration des populations des hauts plateaux vers cette région.   

Plus de la moitié du territoire péruvien (57%) est constituée de forêts, et 94% de celles-ci se trouvent dans la région amazonienne. En 2015, près de 18 millions d'hectares sur les 73 millions d'hectares de forêt étaient destinés à la production. La déforestation, surtout depuis 2001, est une préoccupation croissante dans le pays. Seulement en 2020, année de la pandémie de Covid, la forêt amazonienne a été réduite de 190 000 ha, ce qui représente une augmentation importante de la déforestation par rapport à la déforestation nationale de 148 426 ha en 2019[43]. Les principales causes de la déforestation sont l'expansion des terres agricoles pour des cultures telles que le café, le cacao et l'huile de palme,[44] la construction d'infrastructures telles que la construction de routes et l'installation de systèmes électriques pour les activités extractives légales, l'exploitation minière et d'hydrocarbures, les nouvelles implantations, l'exploitation minière et forestière illégale et la culturede la feuille de coca[45]. L'exploitation forestière illégale représente 80 % de la perte de forêts du pays, la région amazonienne étant particulièrement touchée par cette pratique[46]. La déforestation liée à la construction de routes dans le bassin amazonien est une préoccupation qui touche tous les pays de la région.  Les scientifiques préviennent que les travaux de construction de 12 000 km de routes dans la forêt amazonienne au cours des cinq prochaines années au Pérou, en Bolivie, au Brésil et en Colombie pourraient entraîner la déforestation de 2,4 millions d'hectares au cours des deux prochaines décennies[47]. 

En 2018, le ministère de l'Agriculture, s'est fixé pour objectif de restaurer 3,2 millions d'hectares de terres forestières dégradées[48]. 

 

Investissements fonciers

Étant riche en ressources naturelles, l'un des domaines qui attirent le plus d'investisseurs au Pérou est l'extraction de pétrole, de gaz et de minéraux. Les investissements dans le secteur minier ont considérablement augmenté au cours des dernières décennies, motivés par les demandes du marché international. De 2002 à 2015, les investissements dans le secteur minier ont augmenté de 1131% et ont représenté 77% des exportations totales, plaçant le Pérou parmi les premiers pays du classement de la production minérale[49]. L'exploitation minière péruvienne est diversifiée, le zinc étant la plus grande production (10,7%), suivi du cuivre (8,8%), du plomb (6,3%) et de l'or (5%)[50]. Parallèlement aux grands projets extractifs, l'exploitation minière à petite échelle, artisanale, informelle et illégale s'est également développée pendant le boom minier. On sait que l'exploitation minière informelle et illégale existe dans 21 des 25 régions du pays, les régions de Madre de Dios, Puno, La Libertad, Ica, Arequipa et Ayacucho étant les plus touchées[51], Parfois, elle a lieu dans des réserves nationales, comme l'extraction illégale d'or dans la réserve nationale de Tambopata, à Madre de Dios[52].

La conceptualisation floue de ce qu'est l'exploitation minière légale, informelle et illégale rend difficile la prise de mesures contre les activités illégales[53]. En même temps, ces formes de petites exploitations minières apportent leurs propres défis. L'un d'eux concerne la manière dont l'extraction est réalisée. Par exemple, il a été démontré que l'utilisation du mercure, notamment par l'exploitation artisanale et à petite échelle de l'or, pollue l'environnement et affecte la santé des personnes. Le Pérou est le premier producteur d'or d'Amérique latine et le sixième au niveau mondial. Environ 250 000 mineurs artisanaux et à petite échelle opèrent dans le pays, produisant un quart des exportations d'or du Pérou et émettant 145 tonnes de mercure chaque année. Des initiatives telles que le programme Planet Gold, dirigé par le Programme des Nations unies pour l'environnement, sont en place et travaillent avec les gouvernements, le secteur privé et les communautés locales pour réduire, voire éliminer, l'utilisation du mercure dans cette pratique[54]. Un autre problème est la montée des conflits sociaux autour du secteur minier et la concurrence entre les grands et les petits producteurs pour obtenir les concessions[55]. 

L'investissement dans l'extraction du pétrole et du gaz a également augmenté de manière significative, passant de 147 millions USD en 1995 à 1 190 millions USD en 2014, ce qui représente

une augmentation de 800%[56]. Le potentiel en hydrocarbures du Pérou, avec 18 bassins sédimentaires et seulement trois exploités en 2017, est mis en avant par les autorités pour attirer les investissements étrangers[57].

 

Dans certains cas, l'extraction de ces ressources a été suivie de conflits avec les communautés indigènes vivant sur ces mêmes territoires. Même si leur droit de consultation préalable est reconnu dans la Convention 169 de l'OIT ratifiée par le Pérou et réglementée par la loi de consultation préalable n° 29785, ce droit n'est pas toujours respecté avec précision. L'exemple du lot de gaz 58, situé à Urubamba, Cusco, exploité par China National Petroleum Corporation depuis 2014, met en évidence l'un des problèmes de la consultation qui est que celle-ci n'est la plupart du temps demandée qu'au début du projet, alors que la réalité montre la nécessité de maintenir la consultation au fur et à mesure que le projet se développe et que de nouvelles décisions sont prises[58]. 

Ces dernières années, la gouvernance foncière au Pérou a eu tendance à favoriser les grandes entreprises au détriment des petits producteurs. Néanmoins, il existe certaines mesures visant à protéger l'accès des petits producteurs à la terre. Par exemple, la loi n° 27887 de 2002 prévoit la vente de 30 % des terres destinées à des projets d'hydroélectricité ou d'irrigation financés par des fonds publics ou des fonds provenant de la coopération internationale aux petits producteurs vivant dans la zone touchée par ces projets, par lots de 5 hectares[59]. Cette disposition a été élargie en 2003 par la loi n° 28042 afin d'attribuer directement des terres en possession continue, paisible et publique depuis au moins un an sur lesquelles des activités agricoles ont été exercées de manière permanente en lots ne dépassant pas 5 hectares[60].

Les institutions financières qui soutiennent les producteurs familiaux sont la Corporation financière de développement (Corporación Financiera de Desarrollo, COFIDE) et la Banque agricole (AGROBANCO). 

 

Acquisition de terres

La gouvernance foncière au Pérou a permis une concentration progressive des terres entre les mains de sociétés commerciales. Dans les années 1990, sous le gouvernement d'Alberto Fujimori, un certain nombre de mesures ont contribué à la libéralisation de la gestion foncière, telles que l'élimination des limites de propriété, le rétablissement de la propriété foncière par des sociétés commerciales et la restriction des possibilités d'expropriation de l'État[61]. L'accord de libre-échange avec les États-Unis (signé en 2006 et mis en œuvre en 2009) a également contribué à la concentration des terres et a impliqué un haut niveau d'activité législative et d'adaptation. Au cours de cette période, 99 décrets ont été promulgués, dont 26 étaient liés à l'agriculture, à l'utilisation de l'eau et de la forêt, et aux communautés paysannes et autochtones. Beaucoup d'entre eux ont fini par être abrogés, d'autres ont contribué à l'acquisition et à l'accumulation de terres par de grands investisseurs. Parmi ceux qui ont survécu, citons le décret législatif n° 994, qui autorise la fourniture à des particuliers de terres en friche (tierra eriazas) propriété de l'État pour des projets d'irrigation (auparavant, seul l'État pouvait réaliser ces projets). Les travaux d'irrigation servaient à étendre la frontière agricole et à acquérir des terres. L'autre est le décret législatif n° 1089, qui habilite l'Agence de formalisation des biens informels à restituer à l'État les terres rurales occupées par des établissements humains et concédées gratuitement à des fins agraires, ce qui inclut les terres communales[62]. 

Les deux zones les plus touchées par l'acquisition et la concentration des terres sont la zone côtière, dont la production est principalement destinée à l'exportation, et la région amazonienne. La privatisation des coopératives sucrières de la côte nord - des entreprises possédant 119 797 ha de terres - a été un autre moyen de rendre possible l'acquisition de terres[63]. 

L'accaparement des terres est un problème au Pérou, avec des conséquences parfois mortelles. Pendant la pandémie de Covid, l'accaparement des terres et l'exploitation illégale des ressources de l'Amazonie ont été exacerbés en partie en raison du redéploiement de la police et de l'armée pour faire respecter le verrouillage dans d'autres parties du pays[64]. L'absence de contrôle dans une région où le trafic de drogue et l'exploitation forestière illégale sont monnaie courante a conduit au meurtre de sept défenseurs de l'environnement depuis le début de la pandémie[65]. Les populations indigènes sont particulièrement vulnérables dans cette situation. Des épisodes de harcèlement, d'intimidation et de menaces de la part de personnes extérieures impliquées dans la culture de la coca pour fabriquer de la cocaïne ont été signalés, par exemple, par des habitants du territoire indigène de Santa Martha pour les empêcher de dénoncer la déforestation dans la région[66]. Des ONG comme Oxfam informent que des investisseurs et des responsables locaux s'emparent des terres des villageois pour cultiver de l'huile de palme. Selon Oxfam, en 2018, 80 000 ha dans les provinces de San Martin, Ucayali et Loreto étaient couverts par des plantations à moyenne et grande échelle d'huile de palme et d'autres cultures[67]. 

Droits fonciers des femmes

Traditionnellement, les droits fonciers des femmes au Pérou sont entravés par les valeurs patriarcales qui ont tendance à exclure les femmes. L'enregistrement des terres se fait sous le nom du chef de famille, qui est généralement un homme, et les règles coutumières de l'héritage dans les communautés rurales sont discriminatoires à l'égard des femmes et des filles. Mais les mouvements de migration et d'urbanisation transforment la réalité du Pérou rural. Davantage de ménages sont dirigés par des femmes et on observe une tendance à la féminisation de l'agriculture[68]. Cependant, en réalité, ce changement, loin d'autonomiser les femmes, leur a laissé la responsabilité de l'entretien et du soin des terres sans la capacité de participer aux décisions, ces dernières étant mises en attente jusqu'au retour des hommes dans la communauté[69].

Cette évolution de la réalité n'est pas non plus pleinement reflétée dans la législation. Les Constitutions et le Code civil reconnaissent l'égalité entre les hommes et les femmes dans la jouissance et l'exercice de leurs droits, y compris le droit à la propriété et à l'héritage. Depuis 1984, le mari et la femme sont tous deux considérés comme chefs de famille dans le code civil, et le droit de la femme à participer à la propriété est reconnu, sous réserve de certaines conditions[70]. Mais il n'y a pas de langage spécifique au genre dans la législation concernant la terre. En particulier, la neutralité de genre dans les lois reconnaissant les droits des communautés sur leurs terres pourrait perpétuer l'exclusion des femmes de la participation à la gouvernance foncière puisque le pouvoir de décision dans ces communautés revient traditionnellement aux représentants masculins. 

Les organisations sociales demandent des changements dans la législation afin d'augmenter la participation publique des femmes dans les zones rurales comme première étape pour améliorer l'accès des femmes à la terre. La Plateforme pour une gouvernance foncière responsable, par exemple, demande la reconnaissance des femmes en tant que participantes actives à la prise de décision dans les assemblées communales, où sont prises les décisions concernant l'accès et l'utilisation de la terre et du territoire, dans la loi sur les communautés paysannes n° 24656[71]. Cette demande a été satisfaite avec la loi n° 30982 en 2019, qui établit un pourcentage (30%) de participation obligatoire des femmes dans l'organe de direction des communautés paysannes[72]. Cette disposition ne s'applique pas aux communautés autochtones. 

Cette inégalité se reflète dans les données. Selon le recensement agraire de 2012, les agricultrices disposent en moyenne de 1,8 ha de terres agricoles, alors que les hommes en ont 3. Cette différence se retrouve également dans les terres non agricoles, avec respectivement 2,8 ha et 4 ha. En moyenne nationale, seuls 3 propriétaires fonciers sur 10 sont des femmes. Dans la région de l'Amazonie, cette différence est un peu plus importante, avec seulement 2 femmes propriétaires sur 10. Le recensement révèle également la fragilité des terres détenues par les femmes puisque 50 % d'entre elles n'ont pas de titres fonciers et n'ont pas entamé le processus d'attribution, 12 % ont des titres mais ne sont pas enregistrés, et 9 % sont en cours d'enregistrement. Ainsi, seulement 29% ont des titres fonciers enregistrés[73]. 

Parmi les anciennes initiatives officielles visant à réduire cette inégalité, citons la fusion du Projet spécial d'enregistrement des titres fonciers et du cadastre rural (PETT) avec la Commission pour la formalisation de la propriété informelle (COFOPRI), dans le but de reconnaître de manière plus systématique la double appartenance des ménages[74]. En 2007, le PETT a été dissous et absorbé par l'organisme de formalisation des biens informels (COFOPRI).

Vous souhaitez approfondir le sujet ?

Les suggestions de l’auteur pour des lectures supplémentaires 

Le Pérou est le neuvième pays au monde possédant le plus de forêts et leur avenir est remis en question. Pour un aperçu complet du présent et de l'avenir des forêts au Pérou, nous recommandons le rapport El futuro de los bosques : del discurso a la acción, publié par la Commission spéciale pour le changement climatique du Congrès, la Fondation Konrad Adenauer et le Programme régional pour la sécurité énergétique et le changement climatique en Amérique latine (EKLA). Son objectif est de montrer qu'il n'est pas possible d'arrêter la déforestation, mais que c'est aussi une opportunité pour le développement économique du pays. Il est rare que les études incluent le point de vue des personnes chargées de mettre en œuvre les politiques et la loi. 

Pour connaître le point de vue de ces derniers, le CIFOR propose une brève présentation des résultats obtenus après avoir interrogé les responsables de la mise en œuvre de son étude comparative sur la conception et la mise en œuvre des réformes de la tenure des terres forestières intitulée Formalisation des droits collectifs des communautés indigènes au Pérou. Le point de vue des responsables de la mise en œuvre. L'expansion urbaine est un phénomène mondial, et le Pérou ne fait pas exception. Conscients des problèmes sociaux que cette expansion engendre, Álvaro Espinoza et Ricardo Fort présentent, dans le rapport Mapeo y Tipología de la Expansión Urbana en el Perú, les résultats d'une étude visant à comprendre la dynamique de la croissance des terres urbaines dans le pays.

 

Ligne du temps - étapes importantes de la gouvernance foncière

1920 – Constitution nationale

La Constitution a reconnu le droit à la propriété foncière privée et collective aux communautés autochtones.

Until 1960s – La domination des grands États

90% des terres appartenaient à 5% des propriétaires.

1969-1980 – Réforme agraire

Initialement, selon la loi sur la réforme agraire, seuls ceux qui travaillent directement la terre pouvaient en être propriétaires. Dès le début, la réforme agraire a donné la priorité aux sociétés agricoles associatives plutôt qu'aux paysans individuels pour la remise des terres. À cette époque, la distinction entre paysans et indigènes pour désigner les peuples autochtones s'applique. À partir de 1976, les choses ont commencé à changer, permettant progressivement aux entreprises privées de posséder des terres. 

1980s – Activité du Sendero Luminoso dans les hautes terres

L'activité du groupe terroriste Sendero Luminoso dans les hautes terres a eu un effet sur l'idéologie des paysans et a provoqué la dissolution des coopératives agraires contrôlées par l'État dans les hautes terres et les zones côtières. 

1991 – La législation foncière libéralise le marché foncier

Une nouvelle législation a supprimé les restrictions sur le transfert des terres rurales et les restrictions d'accès à la terre pour les entités commerciales, représentant symboliquement la fin de la réforme agraire. Cette libéralisation sera reflétée dans la Constitution nationale de 1993 et dans la loi foncière n° 26505 de 1995.

1996 – Loi sur la promotion de l'agriculture

            Cette loi, adoptée avec le décret n° 885, marque le début du processus de reconcentration des terres. Ce décret sera intégralement remplacé par la loi n° 27360 en 2000.

2006 – Accord de libre-échange signé avec les États-Unis

La signature de cet accord impliquait l'adaptation de la législation favorisant la concentration des terres. 

2000-2015 – Le boom minier

Les investissements dans le secteur minier ont augmenté de 1131 %. Cette croissance a eu un impact important sur la vie des habitants locaux et sur l'état de l'environnement.

2020 – Pandémie de Covid

Au cours de cette année, la déforestation et l'accaparement des terres ont augmenté de manière significative en raison de la réduction du contrôle policier déployé dans d'autres parties du pays pour contrôler le verrouillage de Covid. 

 

 

References

[1] Instituto Nacional de Estadística e Informática. (2018). Perú: Perfil Sociodemográfico Informe Nacional. Censos Nacionales 2017. https://www.inei.gob.pe/media/MenuRecursivo/publicaciones_digitales/Est/Lib1539/libro.pdf 

[2] Del Castillo, L. (2016). Política de Tierras en el Perú. Diálogos. IPDRS.

[3] Mariátegui, J. C. (1928). Siete Ensayos de Interpretación de la Realidad Peruana. https://lahaine.org/amauta/b2-img/Mariategui%20Siete%20Ensayos.pdf

[4] Constitución Política del Perú. (1993). https://www4.congreso.gob.pe/comisiones/1996/constitucion/cons1993.htm 

[5] Ministerio de Desarrollo Agrario y Riego. Diagnóstico de la titulación agraria en el Perú. https://www.midagri.gob.pe/portal/69-marco-legal/titulacion-y-creditos/409-titulacionagraria-en-el-peru

[6] Del Castillo, L. (2016). Política de Tierras en el Perú. Diálogos. IPDRS.

[7] Ley de inversión privada en el desarrollo de las actividades económicas en las tierras del territorio nacional de las comunidades campesinas y nativas No. 26505. (1995). http://hrlibrary.umn.edu/research/Peru-Ley%2026505%20Ley%20de%20inversion%20en%20tierras%20de%20comunidades.pdf 

[8] Reglamento de la Ley No. 26505. (1997). https://www2.congreso.gob.pe/sicr/cendocbib/con3_uibd.nsf/B9735F35773D54E70525797B006E32F7/$FILE/5_DECRETO_SUPREMO_011_97_AG_REGLAMENTO_LEY_26505_REFERIDO_A_LA_INVERSI%C3%93N_PRIVADA_DESARROLLO_ECONOMICO_SPIJ.pdf 

[9] Congreso de la República. (2015). Ley No. 30355 de promoción y desarrollo de la agricultura familiar. https://busquedas.elperuano.pe/normaslegales/ley-de-promocion-y-desarrollo-de-la-agricultura-familiar-ley-n-30355-1307649-2/ 

[10] Del Castillo, L. (2016). Política de Tierras en el Perú. Diálogos. IPDRS.

[11] Del Castillo, L. (2016). Política de Tierras en el Perú. Diálogos. IPDRS.

[12] Posesionarios may use and enjoy the land but may not dispose of it (sell or mortgage it) or claim it.

[13]  Instituto Nacional de Estadística e Informática. IV Censo Nacional Agropecuario 2012. http://censos.inei.gob.pe/cenagro/tabulados/ 

[14] Instituto Nacional de Estadística e Informática. IV Censo Nacional Agropecuario 2012. http://censos.inei.gob.pe/cenagro/tabulados/

[15] Ibid.

[16] Ministerio de Desarrollo y Riego. https://www.midagri.gob.pe/portal/69-marco-legal/titulacion-y-creditos 

[17] Monterroso, I. et al. (2019). Formalization of the collective rights of native communities in Peru. The perspective of implementing officials. CIFOR.

[18] Monterroso, I. et al. (2019). Formalization of the collective rights of native communities in Peru. The perspective of implementing officials. CIFOR.

[19] Monterroso, I. et al. (2019). Formalization of the collective rights of native communities in Peru. The perspective of implementing officials. CIFOR. https://www.cifor.org/knowledge/publication/7271 

[20] Fraser, B. (2019). ‘Perú: Técnicos de gobierno también enfrentan desafíos para titular las tierras indígenas´. Los Bosques en las Noticias. https://forestsnews.cifor.org/60483/peru-tecnicos-de-gobierno-tambien-enfrentan-desafios-para-titular-las-tierras-indigenas?fnl=en 

[21] Ministerio de Desarrollo y Riego. https://www.midagri.gob.pe/portal/69-marco-legal/titulacion-y-creditos

[22] Monterroso, I. et al. (2019). Formalization of the collective rights of native communities in Peru. The perspective of implementing officials. CIFOR.

[23] Ministerio de Desarrollo Agrario y Riego. Proyecto de Catastro, Titulación y Registro de Tierras Rurales en el Perú. https://uegps.gob.pe/ptrt3/ 

[24] SPDA Actualidad Ambiental. (2018). Minagri presentó nuevo sistema catastral para comunidades campesinas y nativas. https://www.actualidadambiental.pe/minagri-presento-nuevo-sistema-catastral-para-comunidades-campesinas-y-nativas/ 

[25] Ministerio de Agricultura y Riego. (2019). ‘Preguntas frecuentes sobre los servicios brindados por la Dirección General de Saneamiento de la Propiedad Agraria y Catastro Rural´. https://www.midagri.gob.pe/portal/download/pdf/preg-frecuentes/pf-digespacr2019.pdf 

[26] The ribereñas communities have their origin in the rise of the rubber industry in Peru from the 1890s to the 1920s. Currently, these communities are formed by the occupation of Amazon land by people from the Andes. They are formed by a mix between indigenous from the Amazon and San Martin regions and uprooted Amazonian Indians. The ronderos are peasant communities created at the end of the 1970s in northern Peru. In the 1990s they were created to protect themselves from theft and from the violence against local leaders of the Maoist group the Shining Path (Sendero Luminoso) acquiring the name of ‘self-defence rondas’ to distinguish themselves from the original ones.

[27] ILO. (1989). C169 – Indigenous and Tribal Peoples Convention. https://www.ilo.org/dyn/normlex/en/f?p=NORMLEXPUB:12100:0::NO::P12100_ILO_CODE:C169 

[28]  Instituto del Bien Común. (2016). Tierras Comunales: Más que preservar el pasado es asegurar el futuro. El estado de las comunidades indígenas en el Perú Informe 2016. http://www.ibcperu.org/wp-content/uploads/2016/05/Informe-2016-TIERRAS-COMUNALESb.pdf 

[29] Del Castillo, L. (2016). Política de Tierras en el Perú. Diálogos. IPDRS

[30] Congreso de la República. (2006). Ley No. 28736 para la protección de pueblos indígenas u originarios en situación de aislamiento y en situación de contacto inicial. https://www4.congreso.gob.pe/comisiones/2010/CEM_Problematica_indigena/_documentos/leyes%20de%20comunidades/(6)ley_protecciondepueblosindigenas28736.pdf 

[31] Ministerio de Cultura. (2021). “Perú: Se crea reserva indígena Kakataibo Norte y Sur, con casi 150 mil hectáreas de bosques a favor de pueblo en aislamiento”. https://www.gob.pe/institucion/cultura/noticias/507674-peru-se-crea-reserva-indigena-kakataibo-norte-y-sur-con-casi-150-mil-hectareas-de-bosques-a-favor-de-pueblo-en-aislamiento 

[32] LandMark. Peru. http://www.landmarkmap.org/country-profiles/ 

[33] Ibid.

[34]  Instituto del Bien Común. (2016). Tierras Comunales: Más que preservar el pasado es asegurar el futuro. El estado de las comunidades indígenas en el Perú Informe 2016. http://www.ibcperu.org/wp-content/uploads/2016/05/Informe-2016-TIERRAS-COMUNALESb.pdf 

[35] Centro Peruano de Estudios Sociales (CEPES). (2021). ´Formalización de la propiedad rural´. Informativo Legal Agrario, No. 26. https://cepes.org.pe/wp-content/uploads/2021/10/Informativo-Legal-Agrario-N26.pdf

[36] IWGIA. Peru. https://www.iwgia.org/es/peru.html 

[37] Koné, Mariatou. 2006. « Quelles lois pour résoudre les problèmes liés au foncier en Côte d’Ivoire? » Grain de sel, septembre-novembre. URL : https://landportal.org/library/resources/quelles-lois-pour-re%CC%81soudre-les-proble%CC%80mes-lie%CC%81s-au-foncier-en-co%CC%82te-d%E2%80%99ivoire.

[38] Oguehi, Michel. 2021. « Environ 7000 certificats fonciers délivrés dans le domaine rural (AFOR) ». Agence de presse ivoirienne (AIP), 14 juillet; URL: Oguehi, Michel. 2021. « Environ 7000 certificats fonciers délivrés dans le domaine rural (AFOR) ». Agence de presse ivoirienne (AIP), 14 juillet.

[39] Monterroso, I. et al. (2019). Formalization of the collective rights of native communities in Peru. The perspective of implementing officials. CIFOR. Upload

[40] World Bank. https://data.worldbank.org/indicator/AG.LND.TOTL.UR.K2?locations=PE 

[41] Espinoza, A. and Fort, R. (2019). Mapeo y tipología de la expansión urbana en el Perú. ADIPERÚ, GRADE.

[42] Ministerio de Desarrollo Agrario y Riego. (2021). ´Midagri: Perú tiene una superficie agrícola de 11.6 millones de hectáreas a nivel nacional´. https://www.gob.pe/institucion/midagri/noticias/325509-midagri-peru-tiene-una-superficie-agricola-de-11-6-millones-de-hectareas-a-nivel-nacional

[43] Suárez de Freitas, Gustavo. (2021). ‘Situación, tendencias y causas de la deforestación en la Amazonía Peruana’, in El Futuro de los Bosques: del discurso a la acción. Comisión Especial de Cambio Climático del Congreso de la República, Konrad Adenauer Stiftung, Programa Regional Seguridad Energética y Cambio Climático de América Latina (EKLA).

[44] FAO. (2018). The Forest and Landscape Restoration Mechanism. Peru. https://www.fao.org/in-action/forest-landscape-restoration-mechanism/our-work/countries/peru/en/ 

[45] Suárez de Freitas, Gustavo. (2021). ‘Situación, tendencias y causas de la deforestación en la Amazonía Peruana’, in El Futuro de los Bosques: del discurso a la acción. Comisión Especial de Cambio Climático del Congreso de la República, Konrad Adenauer Stiftung, Programa Regional Seguridad Energética y Cambio Climático de América Latina (EKLA); USAID. (2016). USAID Country Profile Land Tenure and Property Rights Peru.

[46] USAID. (2016). USAID Country Profile Land Tenure and Property Rights Peru. 

[47] Reuters. (2020). “Construcción de carreteras en países amazónicos podría deforestar millones de hectáreas”. Gestión. https://gestion.pe/economia/empresas/construccion-de-carreteras-en-paises-amazonicos-podria-deforestar-millones-de-hectareas-noticia/?ref=ges

[48] FAO. (2018). ‘Peru is committed to restoring 3.2 million hectares of degraded forest land’. Agronoticias: Agriculture News from Latin America and the Caribbean. https://www.fao.org/in-action/agronoticias/detail/en/c/1129760/

[49] Osinergmin. (2017). La industria de la minería en el Perú. Organismo Supervisor de la Inversión en Energía y Minería.

[50] Osinergmin. (2017). La industria de la minería en el Perú. Organismo Supervisor de la Inversión en Energía y Minería

[51] De Echave, J. (2016). “La minería ilegal en Perú”. Nueva Sociedad No. 263. https://static.nuso.org/media/articles/downloads/7.TC_De_Echave_263.pdf 

[52] Sierra Praeli, Y. (2018). Perú: imágenes exclusivas muestran minería ilegal en la Reserva Nacional Tambopata. Mongabay. https://es.mongabay.com/2018/11/peru-mineria-ilegal-reserva-nacional-tambopata/

[53] De Echave, J. (2016). “La minería ilegal en Perú”. Nueva Sociedad No. 263. https://static.nuso.org/media/articles/downloads/7.TC_De_Echave_263.pdf 

[54]Planet Gold. https://www.planetgold.org/peru 

[55]De Echave, J. (2016). “La minería ilegal en Perú”. Nueva Sociedad No. 263. https://static.nuso.org/media/articles/downloads/7.TC_De_Echave_263.pdf

[56]Ministry of Foreign Affairs, Peru Petro, ProInversión. Peru’s oil & gas investment guide 2017/2018.

[57]Ministry of Foreign Affairs, Peru Petro, ProInversión. Peru’s oil & gas investment guide 2017/2018.

[58] AIDESEP, ORPIO, CORPI, ORAU, COMARU, DAR. Casos de vulneración al derecho a la consulta previa de los pueblos indígenas en la Amazonía del Perú. https://dar.org.pe/wp-content/uploads/2020/10/Solicitud-Audiencia-Consulta-CIDH-2020.pdf 

[59]Congreso de la República. (2002). Ley No. 27887 que establece disposiciones para la venta de tierras habilitadas de los proyectos especiales hidroenergéticos y de irrigación del país, ejecutados con fondos del tesoro público y/o cooperación internacional. https://vlex.com.pe/vid/habilitadas-hidroenergeticos-ejecutados-31445412 

[60]Comisión Permanente del Congreso de la República. (2003). Ley No. 28042 que amplía los alcances de la Ley No. 27887. http://extwprlegs1.fao.org/docs/pdf/per71521.pdf

[61] Del Castillo, L. (2016). Política de Tierras en el Perú. Diálogos. IPDRS.

[62]Burneo, Z. (2011). El proceso de concentración de la tierra en el Perú. CEPES, CIRAD, International Land Coalition.http://biblioteca.clacso.edu.ar/Peru/cepes/20170323043255/pdf_591.pdf 

[63] Arias Nieto, C. (2012). “De Vuelta a la concentración de tierras en el Perú”. Investigaciones Sociales Vol. 16, No. 28. UNMSM-IIHS.

[64]Gianella, C. (2021). Standoff in a pandemic: Land grabbing versus protection of the Peruvian Amazon. CMI. U4 Anti-Corruption Resource Center. https://www.u4.no/blog/standoff-in-a-pandemic-land-grabbing-versus-protection-of-the-peruvian-amazon

[65]Gianella, C. (2021). Standoff in a pandemic: Land grabbing versus protection of the Peruvian Amazon. CMI. U4 Anti-Corruption Resource Center. https://www.u4.no/blog/standoff-in-a-pandemic-land-grabbing-versus-protection-of-the-peruvian-amazon

[66] Vera, E. 2021. Indigenous Cacataibo of Peru threatened by land grabbing and drug trade. Mongabay. https://news.mongabay.com/2021/01/indigenous-cacataibo-of-peru-threatened-by-land-grabbing-and-drug-trade/

[67] Hufstader, C. (2018). The Land Invaders. Oxfam. https://www.oxfamamerica.org/explore/stories/land-invaders/ 

[68] FAO. (2014). “La titulación de tierras en el Perú: comunidad en línea discute el futuro de la tenencia de la mujer”. Base de Datos Género y Derecho a la Tierra. https://www.fao.org/gender-landrights-database/resources/news/newsdetails/es/c/261169/ 

[69] Hannay, L. (2016). Peru: Supporting women’s participation in community governance to strengthen women’s rights to community land in the Sierra. Landesa. Resource equity. https://cdn.landesa.org/wp-content/uploads/2016-Best-Practices-Case-Peru.pdf 

[70] Código Civil. (1984). http://www.abrahamlincoln.pe/normas/ETT/NL2.pdf

[71] Plataforma para la Gobernanza Responsable de la Tierra. Mujer Rural. https://gobernanzadelatierra.org.pe/service/mujer-rural/ 

[72] Congreso de la República. (2019). Ley No. 30982. https://busquedas.elperuano.pe/download/url/ley-que-modifica-la-ley-24656-ley-general-de-comunidades-ca-ley-n-30982-1789945-1

[73] Plataforma para la Gobernanza Responsable de la Tierra. Mujer Rural. https://gobernanzadelatierra.org.pe/service/mujer-rural/ 

[74] FAO. (2014). “La titulación de tierras en el Perú: comunidad en línea discute el futuro de la tenencia de la mujer”. Base de Datos Género y Derecho a la Tierra. https://www.fao.org/gender-landrights-database/resources/news/newsdetails/es/c/261169/ 

Disclaimer: The data displayed on the Land Portal is provided by third parties indicated as the data source or as the data provider. The Land Portal team is constantly working to ensure the highest possible standard of data quality and accuracy, yet the data is by its nature approximate and will contain some inaccuracies. The data may contain errors introduced by the data provider(s) and/or by the Land Portal team. In addition, this page allows you to compare data from different sources, but not all indicators are necessarily statistically comparable. The Land Portal Foundation (A) expressly disclaims the accuracy, adequacy, or completeness of any data and (B) shall not be liable for any errors, omissions or other defects in, delays or interruptions in such data, or for any actions taken in reliance thereon. Neither the Land Portal Foundation nor any of its data providers will be liable for any damages relating to your use of the data provided herein.

Compartilhe esta página