Comment la convention de Minamata vise à mettre fin à la toxicité millénaire du mercure | Land Portal

Nous sommes en octobre 2013 et Rimiko Yoshinaga se tient derrière un podium à Minamata, au Japon, face à un auditorium rempli de dirigeants du monde entier.

Le silence s'installe dans la salle lorsqu'elle commence à raconter comment une mystérieuse maladie a tué son père des décennies plus tôt. 

Yoshinaga a appris que son père faisait partie des milliers d'habitants de la région de Minamata empoisonnés dans les années 1950 et 1960 par les eaux de ruissellement industrielles chargées de mercure, une neurotoxine.

Les dirigeants qui l'écoutaient en cette journée ensoleillée de 2013 espéraient éviter à d'autres de subir le même sort. Ils étaient au Japon pour adopter la convention de Minamata sur le mercure, un accord mondial ambitieux visant à limiter l'utilisation d'un produit chimique qui a tourmenté l'humanité pendant des siècles.

"Nous nous sommes rendus sur place et avons pu entendre les voix des victimes. C'était très émouvant", s'est souvenu récemment Fernando Lugris, un diplomate qui a présidé les négociations de la convention. "Nous espérions que cette convention aiderait de nombreuses autres communautés dans le monde à éviter ce qui s'est passé à Minamata.

Ce 10 octobre marque le 10e anniversaire de l'adoption de la convention de Minamata, un accord qui a été salué comme un triomphe de la diplomatie internationale. Quelque 147 parties ont ratifié l'accord, qui demande aux pays d'éliminer progressivement l'utilisation du mercure dans les produits, d'interdire l'ouverture de nouvelles mines de mercure et de limiter les émissions de mercure dans l'environnement.

"La convention de Minamata est un accord mondial très important pour l'humanité et la planète", déclare Monika Stankiewicz, secrétaire exécutive du secrétariat de la convention de Minamata. "L'utilisation du mercure n'est pas essentielle. J'espère que de plus en plus de pays rejoindront la convention de Minamata au fur et à mesure que nous avançons dans l'histoire du mercure.

La convention est hébergée par le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), qui s'efforce depuis près de trente ans de limiter les retombées de la pollution par le mercure.

"Au PNUE, nous sommes fiers d'accueillir le secrétariat de cette convention, qui protège l'environnement et la santé humaine, notamment celle des petits orpailleurs et des enfants, contre les effets pernicieux de cette dangereuse neurotoxine", a déclaré Inger Andersen, directeur exécutif du PNUE.

Alors que la convention entre dans sa deuxième décennie, les experts sont encouragés par les progrès réalisés ces dernières années. Le commerce du mercure s'est ralenti, les fabricants ont commencé à trouver des alternatives au mercure dans une série de produits, et le public est de plus en plus conscient des dangers du mercure.

Les observateurs soulignent toutefois qu'il reste encore beaucoup à faire avant que la pollution au mercure ne soit reléguée au passé. En 2019, 2 millions de personnes sont décédées des suites de la pollution chimique, les experts estimant qu'un grand nombre de ces décès étaient liés au mercure.

Les traces toxiques du mercure

L'homme utilise le mercure depuis des milliers d'années ; il apparaît partout dans l'histoire, de l'Égypte à la Chine. Aujourd'hui, ce produit chimique est présent dans une myriade de produits ménagers, dont certaines piles, certains thermomètres, certaines ampoules électriques et certains produits cosmétiques.

La combustion du charbon, notamment pour la production d'électricité, est une source majeure de mercure. Les concentrations de mercure dans l'atmosphère ont augmenté d'environ 450 % par rapport aux niveaux naturels. Ce produit chimique est également couramment utilisé dans l'extraction de l'or à petite échelle (en anglais), une industrie qui emploie au niveau mondial jusqu'à 20 millions de personnes, dont beaucoup de femmes et d'enfants.

Bien qu'il soit largement utilisé, le mercure est connu depuis des siècles pour sa toxicité. L'exposition au mercure peut entraîner toute une série de problèmes de santé graves, y compris des lésions cérébrales irréversibles. Mais la plupart des pays du monde n'ont commencé à prendre au sérieux le problème de la pollution par le mercure qu'après la catastrophe au ralenti qui a englouti Minamata.

 

De 1932 à 1968, une usine chimique de la ville côtière a déversé dans une baie locale des liquides contenant de fortes concentrations de méthylmercure, un type de mercure.

 

À l'insu des habitants, le produit chimique s'accumule dans les poissons qu'ils consomment pendant des décennies. En 1956, le premier cas humain de ce qui allait être appelé la maladie de Minamata a été enregistré. Des milliers d'autres personnes souffriront de lésions cérébrales, de paralysie, d'incohérence, de délire et bien d'autres choses encore au cours des décennies suivantes. Des chats, des corbeaux, des poissons et d'autres espèces ont également présenté des symptômes.

"À l'heure actuelle, 70 000 victimes ont été confirmées dans la région de Minamata, mais il est clair que le nombre est plus élevé", déclare Yoichi Tani, porte-parole de l'Association d'entraide des victimes de la maladie de Minamata, qui fait campagne pour l'indemnisation des victimes depuis 1970.

"Les dommages ont continué à être sous-estimés.

Si Minamata est devenue le symbole des dangers du mercure, les pays du monde entier, y compris les pays en développement, luttent depuis longtemps contre ses retombées toxiques.

La dynamique s'installe

En 1995, face aux inquiétudes croissantes suscitées par la prolifération des produits chimiques toxiques, le PNUE a appelé à une action urgente sur une série de polluants. Six ans plus tard, sous la direction de l'organisation, la communauté internationale a signé la Convention de Stockholm, un pacte mondial visant à éliminer ou à restreindre un grand nombre de produits chimiques nocifs, notamment les pesticides et le mercure.

C'est ainsi que le PNUE a commencé à faire pression pour que le problème du mercure devienne une question d'intérêt mondial. Pour mettre en évidence le problème, le PNUE a réalisé la première évaluation mondiale du mercure en 2002. Ceci a permis de mettre en avant que presque toutes les régions de la Terre étaient touchées par le mercure, il a même été détecté dans l'Arctique, et que cet élément s'accumulait dans les stocks de poissons du monde entier. (L'étude a été mise à jour à plusieurs reprises, la dernière fois en 2018).

"L'évaluation de 2002 a permis d'ancrer toutes les discussions dans la science et les données", explique M. Stankiewicz. "Elle a constitué un véritable tournant et a permis aux négociateurs de comprendre immédiatement ce que le texte d'une convention devait couvrir".

Les preuves scientifiques et la volonté politique ont continué à s'accumuler au cours des années suivantes et, en 2009, le conseil d'administration du PNUE a chargé M. Lugris de négocier la convention de Minamata dans le cadre d'une série de cinq sessions internationales.

"Beaucoup de gens disaient que c'était impossible", se souvient M. Lugris. "Le mercure est presque partout et l'humanité l'utilise depuis l'Antiquité. Nous savons depuis ce moment à quel point il est dangereux, et nous n'avons jamais pris de mesures auparavant. Mais nous étions convaincus que nous pouvions le faire".

La convention de Minamata a été adoptée en 2013, mais il restait encore beaucoup à faire.

Étape suivante

Au cours des années qui ont suivi, le PNUE et la convention de Minamata ont aidé les pays à identifier les risques liés au mercure et ont soutenu l'élaboration de politiques solides visant à réduire son utilisation. Un mécanisme de financement spécifique à la convention, par exemple, a fourni 24 subventions pour aider les parties à mettre en œuvre l'accord.

Le PNUE a pris la tête du partenariat mondial sur le mercure, qui rassemble près de 250 gouvernements, organisations intergouvernementales et non gouvernementales, entreprises et universités pour soutenir la mise en œuvre de la convention.    

UNEP also participates in the planetGOLD programme, an effort led by the Global Environment Facility that aims to end the use of mercury in small-scale gold mining, an industry that generates US$30 billion annually. The programme works in 23 developing countries.

Le PNUE participe également au programme planetGOLD, un effort mené par le Fonds pour l'environnement mondial qui vise à mettre fin à l'utilisation du mercure dans l'exploitation aurifère à petite échelle, une industrie qui génère 30 milliards de dollars par an. Le programme est mis en œuvre dans 23 pays en développement.

"La convention de Minamata sur le mercure est un traité très important pour prévenir la propagation des dommages causés par le mercure. Cependant, les activités ne font que commencer", déclare Mme Tani, porte-parole de l'Association d'entraide des victimes de la maladie de Minamata (Minamata Disease Mutual Aid Association). "De nombreuses questions doivent être abordées.

Le 30 octobre, les dirigeants se réuniront à Genève, en Suisse, pour la cinquième conférence des parties à la convention de Minamata, un rassemblement international qui vise à affiner l'accord. L'ordre du jour prévoit des discussions sur des questions épineuses, notamment sur la manière de réduire l'utilisation du mercure dans l'exploitation minière de l'or à petite échelle. Les délégués devraient également discuter de nouvelles restrictions sur les produits à base de mercure, examiner les limites applicables au mercure dans les déchets et étudier les moyens d'améliorer les rapports nationaux sur la pollution par le mercure. Ces discussions se dérouleront parallèlement à celles portant sur le mécanisme de financement spécifique de la convention, qui fournit une assistance technique aux pays.

À la veille de la réunion, les experts espèrent que les pays pourront faire de réels progrès sur ces questions.

Mme Andersen invite les pays à "redoubler" d'efforts à Genève. "Il est essentiel d'intensifier la lutte contre le mercure pour protéger la santé humaine et l'environnement contre la pollution par le mercure et pour contribuer à l'avènement d'une planète sans pollution", déclare-t-elle.

M. Lugris, qui est aujourd'hui ambassadeur de l'Uruguay en Chine, espère que l'"esprit Minamata", qui a fait ses preuves, restera fort parmi les négociateurs.

"La famille Minamata a toujours été un peu différente des autres familles. Nous avons toujours continué à être très progressistes", déclare M. Lugris. "Si cet esprit prévaut, je suis sûr que nous pourrons continuer à faire beaucoup de progrès.

Copyright © da fonte (mencionado acima). Todos os direitos reservados. O Land Portal distribui materiais sem a permissão do proprietário dos direitos autorais com base na doutrina de “uso justo” dos direitos autorais, o que significa que publicamos artigos de notícias para fins informativos e não comerciais. Se você é o proprietário do artigo ou relatório e gostaria que ele fosse removido, entre em contato conosco pelo endereço hello@landportal.info e removeremos a publicação imediatamente.

Várias notícias relacionadas à governança da terra são publicadas no Land Portal todos os dias pelos nossos usuários, partindo de várias fontes, como organizações de notícias e outras instituições e indivíduos, representando uma diversidade de posições sobre cada tópico. Os direitos autorais estão na origem do artigo; a fundação não tem o direito legal de editar ou corrigir o artigo, nem endossar o seu conteúdo. Para fazer correções ou solicitar permissão para republicar ou outro uso autorizado deste material, entre em contato com o detentor dos direitos autorais.

Compartilhe esta página