Aménagement du foncier urbain: le Ministre rassure les détenteurs de droits coutumiers | Land Portal | Sécurisation des droits fonciers à travers les données ouvertes

Date: 04 octobre 2016

Source: Sen 360

Le Ministre de la Construction et de l'Urbanisme a entrepris depuis quelques jours des visites sur les chantiers d'aménagement foncier pour constater l'état d'avancement des travaux des différents sites.

« Je suis ici ce matin à Yahou sur la route de Bonoua pour constater l'état d'avancement des travaux d'aménagement foncier et rassurer nos compatriotes que le projet ira à son terme. Comme les sites de N'souté et Agouapi à Bingerville, Ahoué sur la route d'Alépé et Akoupé Zeudji sur l'autoroute du Nord, les travaux avancent bien et nous sommes satisfaits » a d'emblée indiqué le Ministre de la Construction et de l'Urbanisme, Mamadou SANOGO.

Le premier responsable a surtout insisté sur le paiement de la purge des droits coutumiers. Pour lui, l'Etat n'initie pas un projet contre l'intérêt des ivoiriens mais pour leur bien être. C'est pourquoi, pour mettre fin aux nombreux litiges fonciers et au développement anarchique de la ville, l'Etat a engagé ce projet d'aménagement foncier conformément au schéma Directeur d'Urbanisme du Grand Abidjan. Il s'agit de permettre aux populations d'acquérir des terrains totalement équipés pour y bâtir leur logement. Mais avant, Mamadou SANOGO a rassuré les familles détentrices de droits coutumiers quant au paiement intégral de la purge de leur droit coutumier sur le sol et les cultures. « Je voudrais rassurer nos parents que l'Etat pas contre eux et que l'Etat ne vient pas prendre possession des terres de façon abusive. Tous ceux qui sont impactés par le projet recevront leur droit de purge conformément à la loi en la matière. Nous sommes ouverts à la négociation et au dialogue car c'est l'intérêt des ivoiriens qui prime » a -t-il dit.

En revanche, il les a invités à ne pas écouter des individus mal intentionnés tapis dans l'ombre qui les incitent à s'opposer au développement de ce projet parce que ces personnes voient leurs propres intérêts menacés.

Les travaux d'aménageurs fonciers ont effectivement démarré sur les sites de Bingerville, d'Ahoué sur la route d'Alépé, d'Akoupé Zeudji et de Bonoua où le débroussaillage et le décapage sont effectués à presque 100%.

A Yaou qui a été le dernier site visité, c'est seulement les ouvertures de voies qui ont été effectuées par le Ministère. Les autres travaux de décapage et de débroussaillage n'ont pas démarré à cause de l'humidité du sol.

Avant de quitter le site de Bonoua, le Ministre a promis lui-même rencontré les détenteurs de droits coutumiers pour poursuivre les négociations afin d'apaiser les esprits. Il a aussi rassuré tous les ivoiriens que le projet engagé ira à son terme et que les ivoiriens auront des terrains totalement équipés et viabilisé où il fait très bon vivre.

Pour comprendre ce projet, il faut rappeler que Suite aux difficultés économiques et aux crises successives, l'Etat s'est désengagé de la production des terrains aménagés qui, à un moment donné, a favorisé le développement harmonieux des villes de notre pays.

Cette absence de l'Etat, doublée d'une forte pression foncière consécutive à la démographie galopante a occasionné l'avènement des lotisseurs informels dans le secteur du foncier. Leurs actions dans un secteur aussi sensible à eu pour conséquences des constructions anarchiques et de nombreux et interminables litiges sur des terrains urbains cédés à plusieurs personnes. De nombreux acquéreurs sont ainsi dans l'impossibilité de mettre en valeur les lots qu'ils ont achetés à ces lotisseurs informels qui, une fois les fonds empochés, disparaissent dans la nature.

Après avoir fait le diagnostic et ne pouvant pas rester insensible aux cris de détresse des populations victimes, le Ministère de la Construction et de l'Urbanisme a décidé d'adresser ce problème en amont en appliquant les lois, décrets et autres textes réglementaires qui régissent le secteur du foncier urbain.

Dans ce cadre, le Ministère de la Construction et de l'Urbanisme a d'abord actualisé le Schéma Directeur d'Urbanisme du Grand Abidjan et initié l'aménagement foncier en application de la loi n° 97-524 du 04 septembre 1997 portant sur la concession de l'aménagement. Ainsi, le Ministère de la Construction et de l'Urbanisme à encouragé et encadré l'avènement d'un corps de métier: Les aménageurs professionnels. A ce jour, trente sept (37) entreprises d'aménagement foncier ont été agréés à l'issue d'un processus rigoureux de sélection. Sur la base d'une convention avec l'état, elles sont chargées de réaliser ce projet qui vise à protéger les populations contre les pratiques véreuses et à leur offrir un cadre de vie saint et agréable. 

Pour donner corps à ces nouveaux quartiers modernes (totalement viabilises) le ministère a identifié des parcelles autour de la ville d'Abidjan pour servir de réceptacle à ces projets. Il s'agit des zones de Bassam-Bonoua, Bingerville, Alépé, Songon et l'Autoroute du Nord.

Copyright © Source (mentionné ci-dessus). Tous droits réservés. Le Land Portal distribue des contenus sans la permission du propriétaire du copyright sur la base de la doctrine "usage loyal" du droit d'auteur, ce qui signifie que nous affichons des articles de presse pour des fins d'information non commerciales. Si vous êtes le propriétaire de l'article ou d'un rapport et que vous souhaitez qu'il soit retiré, s'il vous plaît nous contacter à hello@landportal.info et nous le supprimerons immédiatement.

Divers articles de presse liés à la gouvernance foncière sont publiés sur le Land Portal chaque jour par ses utilisateurs, à partir de diverses sources, telles que les agences de presse et d'autres institutions et individus, ce qui représente une diversité de positions sur tous les sujets. Le droit est à la source de l'article; la Land Portal Foundation n'a pas le droit de modifier ou de corriger l'article, ni d'endosser son contenu. Pour apporter des corrections ou demander la permission de republier ou toute autre utilisation de ce contenu, merci de contacter le titulaire du droit d'auteur.

Partagez cette page