7 POINTS SUR LA 2EME JOURNÉE DU FFA 2020 | Land Portal
anal porno swinger porno milf porno sex grup porno zenci porno brazzers olgun porno brazzers

La 2ème journée s’est focalisée sur l'accès des jeunes à la terre, les droits fonciers des femmes et l'inclusion

1.UNE EXCLUSION QUASI SYSTEMATIQUE DES FEMMES

Le premier plaidoyer de la journée est venu de la déclaration d'Esther Obaikol : "L'aspiration 6 de l'Agenda 2063 nous amène à la question de l'égalité et de la manière dont elle va entraîner le changement sur le continent. L'aspiration est qu'une femme sur cinq doit avoir des droits sûrs à la terre, ainsi que l'accès et le contrôle des ressources productives. Mais il y a des parties de ma région où seulement 1 % des femmes ont accès à la terre. Le taux le plus élevé que nous ayons sur le continent est de 23 %, et nous sommes donc loin de l'objectif de renforcement des droits des femmes à la terre".

"L'un des domaines d'exclusion est l'État de droit. Il nous incombe en tant que continent - au niveau des pays, de la société civile, des organisations intergouvernementales, des CER et de l'Union africaine - de veiller à ce que l'État de droit soit établi dans le sens de l'inclusion et de la diversité. Il sera le moteur du changement sur le continent".

2. IL EST TEMPS DE LAISSER ENTRER LES JEUNES

Les défis de l'emploi auxquels les jeunes en Afrique sont confrontés en ce moment appellent une diversité d'approches. L'accès à la terre peut contribuer à la création d'emplois.

Innocent Houedji a expliqué aux participants pourquoi : "En Afrique, les jeunes représentent 70 % de la population et constituent le plus grand groupe du secteur privé dans le domaine de l'agriculture. Ils sont très au fait des technologies et peuvent les mettre au service de l'agriculture. Une façon d'apporter des améliorations dans ce domaine pourrait être de passer de l'intégration au niveau régional aux niveaux national et local"

On observe que l'urbanisation devient de plus en plus un défi, avec la migration rapide des jeunes qui s'installent dans les zones urbaines et périurbaines, à la recherche d'opportunités économiques et éducatives. Un meilleur accès des jeunes à la terre et à la gouvernance foncière créerait des opportunités dans le secteur agricole. "Retourner à la terre", pour les jeunes qui le souhaitent, pourrait permettre de créer des emplois.

3. DE L’EGALITE DE JUSTICE ENTRE LES SEXES

Sabine Pallas n'a pas mâché ses mots : "Quand on parle de justice entre les sexes, on parle de l'équilibre des pouvoirs. C'est important pour tous les pays, et les approches, les initiatives et les outils de l'ILC peuvent aider les pays à cet égard".

Lors d'une présentation dans une des sessions parallèles, Mino Ramaroson a décrit certains de ces outils : des outils de données pour la formation des formateurs, des cycles de mentorat, l'échange et l'apprentissage mutuel aux rapports alternatifs, au plaidoyer et à la sensibilisation ; et de l'initiative du Kilimandjaro aux approches communautaires pour engager des groupes au niveau communautaire, discuter avec les autorités locales, déployer une cartographie communautaire, utiliser des critères d'évaluation du genre, un modèle de tenure sociale, et bien plus encore.

4. CONFÉRENCE DE PEKIN : 25 ANS APRÈS

Lors des sessions parallèles, Esther Muiru a promis que "les droits fonciers des femmes réduiront de 50% les problèmes économiques de l'Afrique".

Elle a rendu la justice économique : les femmes ayant des droits fonciers et des droits d'héritage solides gagnent jusqu'à 3,8 fois plus de revenus. Elle contribuera également à lutter contre le changement climatique : les interventions à grande échelle visant à atténuer les effets du climat sont plus efficaces lorsque les droits fonciers des femmes sont pleinement reconnus

"Garantir les droits fonciers des femmes pourrait peut-être résoudre plus de 50 % des relations de pouvoir inégales entre les sexes, de l'injustice économique, de la violence sexiste, etc. au sein des communautés rurales, urbaines et autochtones vivant dans la pauvreté", a déclaré Esther.

Fridah Githuku a ensuite présenté la Charte de la CDI à l'auditoire, ajoutant que la réforme des normes non écrites, difficiles à changer dans la plupart des communautés, doit faire partie de la lutte. La Charte de l'ILC, a-t-elle dit, est utilisée pour garantir l'intégration de la dimension de genre, en promouvant la mise en œuvre de politiques avancées.

5. LES ZONES HUMIDES AMÉLIORENT ÉGALEMENT LES MOYENS DE SUBSISTANCE DES FEMMES

Une étude réalisée par Landesa au Liberia a présenté un argument solide en faveur des zones humides comme une ressource pour de nombreuses femmes cherchant des moyens de protéger leurs moyens de subsistance. 100% des personnes interrogées dans le cadre de l'étude l'ont dit. Le présentateur a appelé à la promotion des zones humides, ajoutant que les utilisateurs devraient être formés de manière à assurer la durabilité et à préserver l'environnement.

6. UN APERÇU SUR L'ÉTAT DES DROITS FONCIERS COMMUNAUTAIRES ?

Partageant ses réflexions sur les approches des droits fonciers communautaires à partir de recherches menées au Kenya, en Tanzanie, au Cameroun et au Libéria, le Dr Mwenda Makathimo s'est montré optimiste quant à l'évolution de la plupart des pays vers les droits fonciers communautaires.

"Des obstacles subsistent : résistance culturelle, réticence des gouvernements à changer ou lenteur des processus d'enregistrement", a-t-il déclaré. Toutefois, la sensibilisation du public, la promotion de l'allocation de budgets à la cause, la recherche-action et le renforcement des capacités peuvent aider à réaliser de nouveaux progrès dans ce domaine.

7. ET LES FEMMES GROOTS DU KENYA ONT PRIS LA PAROLE

Mobilisées ensemble dans une salle commune d'où elles participaient au Forum, une représentant de GROOTS Kenya a déclaré vers la fin :

"En tant que femmes rurales, nous pensons que des données régulières provenant d'enquêtes sur le nombre de femmes touchées, sur l'expérience des femmes transformées, peuvent également faire progresser les droits fonciers des femmes".

Copyright © Source (mentionné ci-dessus). Tous droits réservés. Le Land Portal distribue des contenus sans la permission du propriétaire du copyright sur la base de la doctrine "usage loyal" du droit d'auteur, ce qui signifie que nous affichons des articles de presse pour des fins d'information non commerciales. Si vous êtes le propriétaire de l'article ou d'un rapport et que vous souhaitez qu'il soit retiré, s'il vous plaît nous contacter à hello@landportal.info et nous le supprimerons immédiatement.

Divers articles de presse liés à la gouvernance foncière sont publiés sur le Land Portal chaque jour par ses utilisateurs, à partir de diverses sources, telles que les agences de presse et d'autres institutions et individus, ce qui représente une diversité de positions sur tous les sujets. Le droit est à la source de l'article; la Land Portal Foundation n'a pas le droit de modifier ou de corriger l'article, ni d'endosser son contenu. Pour apporter des corrections ou demander la permission de republier ou toute autre utilisation de ce contenu, merci de contacter le titulaire du droit d'auteur.

Partagez cette page