Togo : La potion magique de l’ONG ADHD pour doter la communauté de Bato d’un outil local de gestion sécurisée de ses terres | Land Portal

Au Togo, plus de 80 % des terres sont en milieu rural et appartiennent à des collectivités. Généralement, ces terres sont sous régime coutumier et les collectivités ne disposent pas de titre de propriété ni de reconnaissance de leurs terres. Heureusement, en 2018, le pays a adopté et promulgué un code foncier et domanial qui a pris des dispositions relatives aux terres rurales permettant aux collectivités de procéder à une reconnaissance de leur propriété foncière par les collectivités territoriales. Fort heureusement, l’ONG Auto Promotion rurale pour un Développement Humain Durable (ADHD), avec ses partenaires habituels, accompagne les collectivités dans la démarche de reconnaissance de leurs terres puis les appuient à prospérer c’est-à-dire à vivre décemment de leurs terres. Pour ce faire, elle a initié en partenariat avec Rights and Ressources Initiative (RRI), le « projet d’appui à la sécurisation des droits fonciers de la communauté de Bato sur ses terres traditionnelles » avec pour activité phare l’élaboration d’une convention locale pour une bonne gouvernance des terres et des ressources naturelles de cette communauté dans la préfecture de l’Amou. C’est dans le cadre de ce projet qu’une rencontre d’information et d’échange sur l’élaboration de la convention locale a été organisée à Bato le 04 Septembre 2021. Une activité de  sensibilisation de deux villages notamment Bato et Kadjafé sur la résolution pacifique des conflits fonciers a eu lieu le 07 Septembre 2021 en présence des autorités locales, notamment le Préfet de l’Amou, Koufama Bissalouwè, le représentant du Maire de l’Amou 3, le Chef canton de Game, les chefs des deux villages sans oublier le personnel de ADHD dont le Directeur Exécutif, Frédéric DJINADJA et sous l’œil vigilant des commandants de brigade de Otadi et de Hiheatro.

Selon les informations données par l’ONG ADHD, la communauté de Bato, dans la commune Amou 3 de la Préfecture d’Amou, fait limite avec la communauté Sanouboui de la préfecture d’Akébou et la communauté de Kadjafé et Gbétia de la préfecture d’Amou. Elle possède de vastes étendues de terres communautaires sous régime coutumier. Malheureusement, ces terres n’étant pas exploitées, « les limitrophes cherchent à s’en accaparer, ce qui provoque des conflits violents entre elles et la communauté de Bato ».

Fort de ce triste constat et pour instaurer la cohésion et la paix sociales au sein de ces communautés, l’ONG ADHD a initié ce projet dont l’objectif est d’amener la communauté de Bato à se doter de façon participative d’une convention locale de gestion de ses terres et ressources naturelles, de sécuriser ses terres pour en tirer bénéfices.

Les autorités (photo) présentes à la rencontre du 7 septembre 2021

Selon Frédéric DJINADJA, Facilitateur SNE Togo et Directeur Exécutif de l’ONG ADHD, « ADHD veut saisir cette opportunité de reconnaissance des terres sous tenure coutumière qu’offre la loi foncière du pays pour tester les dispositions relatives à ces types de terres, régler définitivement ces cas de conflits fonciers qui bloquent le développement de la communauté de Bato et disposer d’arguments nécessaires sur l’adaptabilité de ces dispositions lors de la première évaluation de la loi foncière ». Par ailleurs a-t-il affirmé, ce projet sera un cas pilote pour leur permettre d’appliquer leur expérience en matière de résolution de conflits et produire des connaissances à vulgariser en la matière. « Vu l’énorme surface de terres dont dispose la communauté bénéficiaire, ce cas pilote sera appliqué sur 4000 hectares de terres en attendant d’autres opportunités pour sécuriser le reste », a assuré M.DJINADJA.

Les résultats attendus au terme de ce projet sont entre autres, de régler de façon pacifique les conflits fonciers opposant la Communauté de Bato avec les communautés voisines et de sécuriser 4000 Ha de terre ; doter la communauté d’une convention locale qui définit les règles de gestion des terres et des ressources naturelles de leur zone ; mettre en place un Comité de Gestion des Terres ; maîtriser le processus de fabrication du compost et adopter des méthodes culturales qui augmentent la résilience de l’agriculture au changement climatique.

Copyright © Source (mentionné ci-dessus). Tous droits réservés. Le Land Portal distribue des contenus sans la permission du propriétaire du copyright sur la base de la doctrine "usage loyal" du droit d'auteur, ce qui signifie que nous affichons des articles de presse pour des fins d'information non commerciales. Si vous êtes le propriétaire de l'article ou d'un rapport et que vous souhaitez qu'il soit retiré, s'il vous plaît nous contacter à hello@landportal.info et nous le supprimerons immédiatement.

Divers articles de presse liés à la gouvernance foncière sont publiés sur le Land Portal chaque jour par ses utilisateurs, à partir de diverses sources, telles que les agences de presse et d'autres institutions et individus, ce qui représente une diversité de positions sur tous les sujets. Le droit est à la source de l'article; la Land Portal Foundation n'a pas le droit de modifier ou de corriger l'article, ni d'endosser son contenu. Pour apporter des corrections ou demander la permission de republier ou toute autre utilisation de ce contenu, merci de contacter le titulaire du droit d'auteur.

Partagez cette page