Les femmes mènent le changement - pourquoi les droits fonciers des femmes sont importants dans les stratégies néerlandaises et européennes pour l'Afrique | Land Portal

 


Les femmes possèdent moins de 20 % des terres dans le monde.


La moitié des petits exploitants agricoles dans le monde sont des femmes.


70 % de la nourriture de l'Afrique est produite par des petites exploitations agricoles féminines.


 


Ces chiffres [1] sont accablants. Et ils sont plus pertinents que jamais. D'autant plus que l'UE et le gouvernement néerlandais travaillent actuellement à une "stratégie pour l'Afrique". Mais la grande question est la suivante : comment les femmes, qui représentent la moitié de la population mais produisent la grande majorité de la nourriture sur le continent africain, bénéficieront-elles de ces stratégies ? Pour répondre à cette question, il est essentiel de savoir ce qui donne du pouvoir aux femmes.


 


 Les droits fonciers des femmes sont importants


Pour les femmes des communautés rurales et forestières, avoir le contrôle de la terre signifie avoir du pouvoir. Non seulement cela leur permet de prendre des décisions sur l'utilisation des terres, mais cela augmente également leur pouvoir de négociation, leurs opportunités économiques et leur possibilité de s'exprimer. Ainsi, le fait d'avoir des certitudes quant à vos droits fonciers vous confère une position plus forte en tant que femme.


 “Nous devons veiller à ce que les femmes aient des droits sur les moyens de production, afin que nous puissions parler de la violence sexiste et d'autres droits. Sans cela, nous ne sommes pas au pouvoir et nous ne pouvons pas nous exprimer à partir d'une plateforme solide.”


Kalpanakarki (CSRC, Nepal) [2]


 


Dans le même temps, cette "gouvernance foncière équitable du point de vue du genre" constitue la clé de la sécurité alimentaire et de l'utilisation des terres de manière durable et à l'épreuve du climat.  Comme Lilianne Ploumen l'a déclaré précédemment en tant que membre du Parlement lors d'un débat:


'Si les femmes avaient autant accès aux intrants agricoles que les hommes, la sécurité alimentaire pourrait être assurée à plus de 100 millions de personnes en Afrique.'


(2019, ‘Voedselzaak’, Amsterdam)


 


La justice de genre et les droits fonciers des femmes ont gagné du terrain dans les politiques néerlandaises depuis 2014. La ministre Kaag, dans son ancien poste de ministre du commerce extérieur et de la coopération au développement, a souligné l'importance de l'égalité des sexes dans sa note politique. Entre-temps, en 2019, des responsables de haut niveau du ministère ont souligné les grandes ambitions en matière d'égalité des droits fonciers pour les femmes et LAND-at-Scale intensifie l'application d'une approche transformatrice de genre.


 


Les femmes mènent le changement​


Les femmes mènent le changement. C'est ce que nous avons vu ces dernières années à travers l'énorme appel à l'action de nombreux groupes de femmes de la base. Des initiatives telles que Women2Kilimanjaro en 2016 - au cours de laquelle des femmes d'Ouganda, de Tanzanie, du Mozambique, du Sénégal et de nombreux autres pays africains - ont défendu leurs droits fonciers, ont poussé la question plus haut dans l'agenda politique. Au Mozambique, les femmes se sont unies pour façonner la politique foncière nationale. Au Malawi, les femmes rurales se réunissent pour faire entendre leur voix collective auprès de leur gouvernement.


Aujourd'hui, en 2022, nous constatons que les mesures qui ont été prises sont bonnes, bien que modestes. Cependant, le changement structurel international nécessaire pour garantir les droits fonciers des femmes fait défaut. L'importance de garantir les droits fonciers des femmes n'a pas diminué pour autant. Afin de briser les structures patriarcales actuelles et de renforcer structurellement les droits fonciers des femmes, les femmes doivent être reconnues comme des agents du changement. Souvent, les femmes sont à l'origine du changement. Comme le dit Fridah Githuku de Groots Kenya :


Notre théorie du changement est que les gens ne sont pas des bénéficiaires mais des agents de changement eux-mêmes.”


(Fridah Ghituku, GROOTS Kenya) [3]


 


 Comment continuer à conduire le changement dans les stratégies africaines ?


Le développement actuel de la stratégie UE-Afrique et de la stratégie gouvernementale néerlandaise pour l'Afrique façonnera les futures relations avec les pays africains en termes de commerce, de relations économiques et de coopération au développement. L'intention de ces stratégies est un "développement économique égal", qui ne peut être réalisé que si les perspectives et les voix des femmes de la base sont incluses dans l'élaboration de la stratégie et la prise de décision à son sujet. Une occasion parfaite pour le faire !


L'égalité dans le développement économique signifie également une approche du commerce et de l'investissement qui soit juste du point de vue du genre. Cela implique, entre autres, d'évaluer les impacts sexués du commerce et des investissements (et des politiques et accords associés) sur la sécurité foncière des femmes, des hommes et des communautés, et de faire des droits et du contrôle des femmes sur les terres une priorité dans le processus décisionnel. Une autre opportunité réside dans les missions commerciales néerlandaises : pour aligner les activités commerciales sur l'agenda des femmes de la base, pour renforcer les droits fonciers des femmes et pour sensibiliser les participants aux missions commerciales, les femmes de la base doivent bénéficier d'un espace sûr pour participer à ces missions.


Alors que les discussions actuelles sur les stratégies pour l'Afrique ont tendance à se concentrer sur la dimension du commerce et de l'investissement, les Pays-Bas et l'UE peuvent jouer un rôle en soutenant et en renforçant les politiques et les initiatives de gouvernance foncière équitable pour les femmes dans les pays africains. Par exemple, en soutenant politiquement et financièrement la poursuite de la mise en œuvre du plan de genre de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification, la dégradation des terres et la sécheresse qui sera discuté en mai 2022 lors de la COP 15.


Il est essentiel d'inclure les groupes de femmes dans les décisions relatives aux programmes et aux financements liés à une gouvernance foncière responsable. En outre, l'accès des femmes au financement pour la sécurité foncière est vital. Les fonds de petites subventions qui sont gérés localement sont un parfait exemple de la façon dont les femmes décident elles-mêmes de la meilleure façon de dépenser l'argent[4].


 


Il appartient maintenant au gouvernement et au Parlement néerlandais de décider de donner véritablement la priorité aux femmes dans la stratégie néerlandaise pour l'Afrique, en supprimant ainsi les obstacles qui les empêchent d'utiliser pleinement leur potentiel pour conduire le changement.


Karin van Boxtel, Both ENDS


Partagez cette page