Cours en Ligne: Politique Agricole En Afrique | Land Portal | Sécurisation des droits fonciers à travers les données ouvertes

Date: 30 octobre 2019

Source: UNECA

Annonce du cours en bref

Dates : 11 Novembre – 22 Octobre 2019
Durée : 6 Semaines
Langue : Français 
Localisation : Formation en ligne sur le web
Thème : Modélisation, Développement Économique, Politique Économique, Analyse de Données
Frais d’inscription : Pas De Frais
Plateforme : https://elearning.unidep.org
Date limite de réception des candidatures :03 Novembre 2019

 

 

CONTEXTE

L'agriculture est le pilier de près des deux tiers des Africains. En plus d’être une source importante de revenus pour les particuliers et les ménages, il constitue également le fondement de la plupart des économies nationales. La production agricole et le commerce intérieur de produits agricoles sont essentiels au fonctionnement des marchés locaux, à la lutte contre la pauvreté, à la création d'emplois et à la recherche d'une plus grande sécurité alimentaire nationale. De nouvelles données figurant dans le rapport SOFI (State of Food Insecurity) publié en 2018 soulignent que, outre les conflits, la variabilité du climat et les phénomènes extrêmes sont également un facteur déterminant de la récente augmentation de la faim dans le monde. Ils sont également l’une des principales causes de graves crises alimentaires.

Les exportations agricoles africaines occupent une position dominante dans les relations commerciales internationales du continent, y compris dans les échanges transfrontaliers formels et informels intra-africains. En outre, le secteur agricole constitue une source essentielle de matières premières pour la production de divers produits semi-finis et entièrement transformés. Les services liés à la promotion de la production agricole et de la productivité occupent également une place importante dans la plupart des économies africaines. En résumé, l'agriculture continue d'offrir l'une des meilleures opportunités pour la promotion du développement économique global en Afrique, notamment en contribuant à la croissance d'autres secteurs et à l'expansion du secteur industriel.

Construire et renouveler une masse critique de capacités nationales en matière de conception et de mise en œuvre d’une politique agricole saine dans des contextes en évolution rapide est donc absolument nécessaire pour accélérer le développement de l’Afrique. Cela est d'autant plus vrai que le continent africain reste une cible importante et croissante pour l'exportation de produits agricoles subventionnés, y compris de produits alimentaires, qui menacent de déplacer les producteurs locaux des marchés nationaux et régionaux et qui ont des implications pour la sécurité alimentaire nationale et régionale. . Dans le même temps, de nombreux nouveaux producteurs sont apparus sur le marché mondial et livrent une vive concurrence aux exportations africaines de cultures commerciales, érodant ainsi la part du continent dans le commerce mondial de plusieurs produits primaires importants.

Les demandes des consommateurs et des producteurs évoluent et la segmentation du marché se développe, en raison des mentalités de mondialisation et de territorialisation (niveaux national et local) dans les chaînes de valeur du secteur agroalimentaire. Les marchés agricoles se mondialisent rapidement et ce phénomène crée de nouveaux modèles de consommation et de nouveaux systèmes de production et de distribution. Les chaînes de valeur, souvent contrôlées par des sociétés et des supermarchés multinationaux ou nationaux, ont saisi une part croissante des systèmes agroalimentaires dans les régions en développement. Ils peuvent offrir des opportunités d'emploi de qualité pour les hommes et les femmes, mais ils peuvent également être un moyen de transférer les coûts et les risques vers les maillons les plus faibles, en particulier les femmes.

Ces défis s’inscrivent dans le contexte des nouvelles pressions exercées sur les petits exploitants africains qui constituent le rempart du secteur agricole dans la majeure partie du continent et de la lutte acharnée pour la saisie de terres arables en Afrique par un éventail d’intérêts commerciaux internationaux, y compris des multinationales et des entreprises agroalimentaires. Une politique agricole adaptée aux défis auxquels sont confrontés les pays africains doit tenir compte des interconnexions complexes entre les processus nationaux et mondiaux si l'on veut que le développement national durable se concrétise par la mobilisation des opportunités offertes par le secteur agricole.

En outre, il a été noté au fil des années que l'utilisation efficace d'informations liées au climat était essentielle pour aider les gouvernements à renforcer leur capacité à répondre aux besoins de divers secteurs, notamment l'aménagement du territoire, la planification des infrastructures, le développement agricole et la production d'électricité.

En outre, l'intégration des informations et des services climatologiques augmentera la capacité des réseaux d'alerte précoce régionaux et nationaux à anticiper les événements climatiques extrêmes et à y réagir. Malheureusement, sur le continent, les politiques et les pratiques restent très en retard en termes d'intégration des informations sur le climat (CI) et des services d'information sur le climat (CIS).

Cela est dû en partie à la pénurie de CI et de SIC sur le continent, mais également à l'absence de cadres de planification conçus pour intégrer CI et SIC dans les lois, les politiques et les pratiques. Soutenir les décideurs avec des informations sur le climat est devenu essentiel pour faire avancer le développement agricole. L'intégration de l'information sur le climat (IC) et des services d'information sur le climat (CIS) dans le développement et la pratique revêt une importance primordiale pour faire avancer le développement intersectoriel résilient au climat sur le continent. En conséquence, un module sur les informations climatiques (CI) et les services d'informations climatiques (CIS) est introduit pour résoudre ce problème.

 OBJECTIFS DE L'APPRENTISSAGE

Le cours vise à dispenser une formation en politique agricole en vue de renforcer et / ou de renouveler les connaissances et les capacités des décideurs africains. De ce fait, le cours exposera les participants non seulement à l’état actuel des connaissances et aux enseignements comparatifs disponibles pour l’Afrique, mais également à certaines des meilleures pratiques qui constituent des exemples pertinents de la mise en place d’un régime de politique agricole intégré et global utilisé pour promouvoir la transformation économique et le bien-être social.

 Le cours répondra aux préoccupations politiques communes à la plupart des gouvernements africains, notamment :

              •       Améliorer la production agricole et de la productivité,

              •       Entretenir les liens entre l'agriculture et les autres secteurs économiques,
              •       Renforcer la sécurité alimentaire nationale,
              •       Lutter contre la pauvreté,
              •       Développer l'emploi,
              •       Promouvoir la durabilité environnementale,
              •       Améliorer les moyens de subsistance durables en milieu rural, y compris l'égalité genre.

L'Union africaine, les Communautés économiques régionales (CER), la Commission économique pour l'Afrique (CEA), la Banque africaine de développement (BAD) et le NEPAD ont également souscrit à ces préoccupations.


Copyright © Source (mentionné ci-dessus). Tous droits réservés. Le Land Portal distribue des contenus sans la permission du propriétaire du copyright sur la base de la doctrine "usage loyal" du droit d'auteur, ce qui signifie que nous affichons des articles de presse pour des fins d'information non commerciales. Si vous êtes le propriétaire de l'article ou d'un rapport et que vous souhaitez qu'il soit retiré, s'il vous plaît nous contacter à hello@landportal.info et nous le supprimerons immédiatement.

Divers articles de presse liés à la gouvernance foncière sont publiés sur le Land Portal chaque jour par ses utilisateurs, à partir de diverses sources, telles que les agences de presse et d'autres institutions et individus, ce qui représente une diversité de positions sur tous les sujets. Le droit est à la source de l'article; la Land Portal Foundation n'a pas le droit de modifier ou de corriger l'article, ni d'endosser son contenu. Pour apporter des corrections ou demander la permission de republier ou toute autre utilisation de ce contenu, merci de contacter le titulaire du droit d'auteur.

Partagez cette page