Face à une sécheresse record, l'Afrique de l'Est est aux prises avec une nouvelle normalité climatique | Land Portal

En novembre 2021, les scientifiques du réseau du système d'alerte précoce contre la famine ont lancé un avertissement selon lequel une sécheresse sans précédent était imminente dans la Corne de l'Afrique si les faibles précipitations saisonnières se poursuivaient en 2022. Tragiquement, leur prédiction s'avère être prémonitoire. 


L'Afrique de l'Est, et en particulier certaines parties de la Somalie, de Djibouti, de l'Éthiopie et du Kenya, connaissent les conditions les plus sèches et les températures les plus chaudes depuis le début des enregistrements par satellite. En conséquence, pas moins de 13 millions de personnes sont actuellement confrontées à de graves pénuries de nourriture et d'eau et, selon les prévisions, 25 millions de personnes connaîtront le même sort d'ici à la mi-2022.


Les scientifiques attribuent au changement climatique la responsabilité de la crise actuelle dans une partie du monde qui est le moins à même d'y faire face. L'Afrique dans son ensemble contribue à environ 2 à 3 % des émissions mondiales à l'origine du réchauffement de la planète et du changement climatique.


Cependant, le continent subit de lourdes conséquences de la crise climatique, notamment l'augmentation des vagues de chaleur, les sécheresses graves et les cyclones catastrophiques, comme ceux qui ont frappé le Mozambique et Madagascar ces dernières années.


En outre, les scientifiques prévoient que les choses ne feront qu'empirer pour l'Afrique si les tendances actuelles se poursuivent. Selon le rapport 2022 du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, "les secteurs clés du développement ont déjà subi des pertes et des dommages importants attribuables aux changements climatiques anthropique, notamment la perte de biodiversité, les pénuries d'eau, la réduction de la production alimentaire, la perte de vies humaines et la réduction de la croissance économique."


La sécheresse qui frappe actuellement l'Afrique de l'Est a été particulièrement dévastatrice pour les petits agriculteurs et les éleveurs de la Corne de l'Afrique, déjà vulnérables aux chocs climatiques.


C'est pourquoi le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) aide actuellement 22 pays africains à utiliser des solutions d'adaptation basées sur les écosystèmes déjà présents dans leur environnement pour renforcer les communautés contre les effets mortels du changement climatique.


À Djibouti, petite nation d'Afrique de l'Est, par exemple, le PNUE a entrepris trois projets d'adaptation basés sur les écosystèmes, dont un projet d'atténuation de la sécheresse visant spécifiquement à aider les agriculteurs de subsistance et les éleveurs dont les récoltes sont mauvaises et le bétail meurt.


"Les approches d'adaptation basées sur les écosystèmes, telles que la plantation d'espèces de plantes indigènes à croissance rapide qui peuvent avoir un impact immédiat sur le terrain, combinées à des solutions à long terme, sont incroyablement efficaces pour protéger les communautés des impacts du changement climatique", a déclaré Eva Comba, chargée de mission à l'unité Adaptation au climat du PNUE.


Selon elle, la restauration des écosystèmes existants, par exemple en plantant davantage d'acacias et de mangroves, est vitale dans des pays comme Djibouti qui sont vulnérables aux sécheresses, aux tempêtes, aux crues soudaines et à l'érosion côtière.


Parmi les mesures de restauration de l'écosystème sur lesquelles travaillent Mme Comba et ses collègues du PNUE figure la plantation d'arbres sur 15 hectares de terrain. La verdure comprend des acacias, qui sont des plantes idéales pour fournir une ombre rafraîchissante et prévenir l'érosion des sols sur les terres agricoles - une nécessité dans un climat chaud et sec comme celui de Djibouti.


Un autre élément clé du projet est la construction de forages et de réservoirs d'eau souterrains qui permettent aux agriculteurs de subsistance d'arroser leurs cultures de manière durable dans le temps.


La replantation et la protection des forêts de mangroves existantes constituent également une partie importante de l'approche d'adaptation basée sur les écosystèmes du PNUE, en particulier dans les régions côtières de Djibouti. Les mangroves sont efficaces pour protéger les communautés locales des tempêtes et pour soutenir des moyens de subsistance alternatifs, comme la pêche et le tourisme.


Malgré les conséquences désastreuses du changement climatique en Afrique, il y a des raisons d'être optimiste. Le PNUE collabore avec de nombreux pays du continent pour faire en sorte que l'adaptation au changement climatique soit intégrée dans les politiques et les plans nationaux. Le PNUE travaille également avec l'Union européenne et le projet Africa LEDS pour soutenir le développement à faibles émissions (LEDS) à travers le continent afin de débloquer les opportunités socio-économiques tout en remplissant les objectifs climatiques de l'Accord de Paris.


Le PNUE a également travaillé avec les ministres de l'environnement de 54 pays africains pour créer le Programme de relance vert pour l'Afrique. Ce programme soutient une reprise verte complète après la pandémie de COVID-19, qui a déjà coûté au continent des dizaines de milliards de dollars en perte de produit intérieur brut.


Cependant, il reste encore beaucoup de travail à faire pour atténuer les pires effets du changement climatique qui sont encore à venir, estiment les experts. Selon le rapport 2021 du PNUE sur l'écart entre les besoins et les perspectives en matière d'adaptation, "les coûts d'adaptation estimés dans les pays en développement sont cinq à dix fois plus élevés que les flux actuels de financement public de l'adaptation." Le rapport indique également que les coûts d'adaptation devraient atteindre 280 à 500 milliards de dollars par an d'ici 2050 pour les pays en développement.


La sécheresse actuelle en Afrique de l'Est a poussé les agences humanitaires à se démener pour éviter une autre famine comme celle qui a frappé la même région en 2011 et qui a fait environ 260 000 morts.


Si la saison des pluies d'avril s'avère aussi décevante que les trois dernières, elle marquera la plus longue sécheresse à frapper la région depuis les années 1980, ce qui pourrait conduire à une famine aux proportions tragiques.


"À l'heure actuelle, dans la Corne de l'Afrique, nous constatons que les communautés vulnérables sont touchées de manière disproportionnée par le changement climatique et qu'elles sont les moins à même d'en atténuer les effets", a déclaré Susan Gardner, directrice de la division des écosystèmes du PNUE. "Pour éviter une crise humanitaire majeure en Afrique de l'Est, nous devons fournir une aide humanitaire urgente à ceux qui en ont besoin, tout en pensant à long terme en investissant dans des solutions d'adaptation basées sur les écosystèmes qui permettront de sauver des vies, de construire des économies vertes et de protéger l'environnement." 


 

Copyright © Source (mentionné ci-dessus). Tous droits réservés. Le Land Portal distribue des contenus sans la permission du propriétaire du copyright sur la base de la doctrine "usage loyal" du droit d'auteur, ce qui signifie que nous affichons des articles de presse pour des fins d'information non commerciales. Si vous êtes le propriétaire de l'article ou d'un rapport et que vous souhaitez qu'il soit retiré, s'il vous plaît nous contacter à hello@landportal.info et nous le supprimerons immédiatement.

Divers articles de presse liés à la gouvernance foncière sont publiés sur le Land Portal chaque jour par ses utilisateurs, à partir de diverses sources, telles que les agences de presse et d'autres institutions et individus, ce qui représente une diversité de positions sur tous les sujets. Le droit est à la source de l'article; la Land Portal Foundation n'a pas le droit de modifier ou de corriger l'article, ni d'endosser son contenu. Pour apporter des corrections ou demander la permission de republier ou toute autre utilisation de ce contenu, merci de contacter le titulaire du droit d'auteur.

Partagez cette page