Association for Rural Development and Christian Studies | Land Portal | Sécurisation des droits fonciers à travers les données ouvertes

ARUDECS travaille depuis plus de dix ans pour la protection des droits des populations indigènes du district de Theni au Tamil Nadu dans le sud de l'Inde.

En 1999 ARUDECS est registrée en tant qu’ONG et à partir de 2003 elle reçoit le numéro FCRA du Foreign Contribution Regulation Act, ce qui lui permet de recevoir des fonds étrangers. Raja, un jeune homme issu d’une famille Dalit est le fondateur et le secrétaire actuel d’ARUDECS.Il agit avec une équipe de travailleurs sociaux.

Sa mission principale est de travailler pour les droits et le développement socioéconomique des Adivasis au Tamil Nadu. Il travaille sur une zone couvrant 30 villages tribaux. Adi signifie premier et vasis signifie citoyen. En Inde on compte près de 100 millions d’Adivasis. Ce sont des populations qui vivent traditionnellement dans la forêt et la montagne à l’écart de toute modernité, dépendant donc des ressources forestières pour vivre. Traditionnellement, ils adorent des dieux anciens et des éléments de la nature, notamment des arbres, des serpents…Ils collectent ce qu’on appelle en anglais des Minor Forest Products (herbes médicinales, épices, miel…) soit pour leur consommation personnelle soit pour les vendre dans les marchés locaux.

La vie de ces populations a été grandement perturbée par la colonisation anglaise qui les a chassés de leur lieu de vie pour s’accaparer les ressources forestières. Alors que nous venons de fêter les 64 ans de l’Indépendance de l’Inde, ces pratiques continuent à s’accentuer. Les Adivasis sont expulsés des forêts, se font reloger par le gouvernement ou le département forestier. De plus ils se voient interdire l’accès à la forêt sous peine d’amande ou d’assaut physique. Ils ne peuvent donc collecter ni miel ni bois, ni herbes et ne peuvent pas non plus faire paitre leur bêtes. Ils se résignent à réaliser des travaux agricoles pour le compte de gros propriétaires terriens qui les exploitent. Beaucoup d’entre eux ne sont pas reconnus comme indigènes et ne possèdent pas de carte d’identité. Ils n’accèdent donc pas aux programmes d’aide du gouvernement.

En somme leur situation est très critique et la majorité d’entre se trouvent Below Poverty Line.

L'organisation ARUDECS est un bel exemple de réussite et montre l'importance des methodes participatives en terme d'avancées sociales.

Partagez cette page