Pourquoi les discussions sur le climat doivent-elles inclure les droits fonciers des populations rurales pauvres ? | Land Portal

Cet article a été rédigé conjointement par la Fondation Land Portal, le GFAR, l'ANGOC et l'ALRD.. 

// Crédit photo : ONU Femmes Asie et Pacifique

 

La sécurité foncière est l'une des meilleures incitations pour les pauvres des zones rurales à adopter des mesures d'atténuation et d'adaptation au changement climatique.

Les effets durables des catastrophes "naturelles" ne sont pas l'apanage des personnes en situation de précarité.

Lorsque le mari de Kavita Sakar est décédé en mai 2009, elle a hérité d'un acre de terres agricoles dans leur village du sud du Bangladesh. C'était peu, mais c'était un bien essentiel et une source de revenus pour cette mère de quatre enfants. Malheureusement, il ne lui en reste plus qu'un tiers

Elle a été contrainte de vendre une partie de ses terres pour rénover sa maison après le passage du Cyclone Aila  quelques jours après la mort de son mari. Les raz-de-marée et l'érosion fluviale ont également rongé une partie du terrain. Et depuis trois ans, elle ne peut plus rien cultiver car ses terres ont été submergées par l'eau salée après le passage du Cyclone Amphan en 2020.  

"Les risques naturels ont intensifié notre lutte pour la subsistance. Je ne peux pas dépendre de la terre, même si je l'ai", nous a-t-elle dit.

 

Le sort de Kavita témoigne des effets durables des catastrophes "naturelles", qui sont tout sauf des catastrophes. Bien qu'elle ait bénéficié d'une sécurité d'occupation, elle risque à présent de perdre sa maison et ses moyens de subsistance. Cette expérience n'est ni nouvelle ni isolée, mais elle est aujourd'hui aggravée par la fréquence et la gravité croissantes des catastrophes météorologiques, qui, selon les scientifiques, sont une conséquence du changement climatique. 

 

Comment les catastrophes amplifient l'insécurité foncière

Les catastrophes météorologiques portent depuis longtemps atteinte aux droits des personnes à la terre, en particulier ceux qui, comme Kavita, vivent dans des zones rurales et marginales. En fait, la situation est bien pire pour beaucoup d'autres. 

En 2013, quelques semaines après que le typhon Haiyan a dévasté le centre des Philippines, les médias locaux ont rapporté que des milliers de familles avaient été empêchées de reconstruire leur maison après que le terrain ait été revendiqué par un promoteur. L'Institut de l'environnement de Stockholm a également montré que le sentiment d'insécurité foncière avait "considérablement augmenté" chez les agriculteurs de certaines des zones les plus touchées, certaines personnes étant confrontées à un cycle sans fin de déplacements. 

Les conséquences ne se limitent pas non plus aux pays en développement.

À la suite de l'ouragan Katrina, qui a submergé le système de protection contre les inondations de la Nouvelle-Orléans en 2005, inondant 80 % de la ville, l'absence de titres fonciers clairs a empêché des dizaines de milliers de personnes d'accéder à l'aide gouvernementale ou de reconstruire leur maison. 

Par ailleurs, nous savons que la sécurité foncière accroît la résilience des communautés, qu'elles vivent dans des centres urbains densément peuplés ou dans de vastes zones rurales ouvertes

 

Comment la sécurité d'occupation peut-elle aider ?

Un article du Consortium pour la recherche économique en Afrique a révélé qu'au Malawi, la sécurité foncière atténue les effets des chocs de la sécheresse sur les ménages ruraux. Selon les auteurs, la formalisation de la propriété foncière et sa généralisation offrent le meilleur potentiel d'atténuation, car ces efforts sont susceptibles d'améliorer la productivité agricole, d'atténuer les effets négatifs des chocs météorologiques et d'améliorer le bien-être des familles. 

En fait, selon les auteurs, la sécurité foncière peut "conduire à une réduction de la pauvreté et promouvoir la croissance et le développement durable dans les pays en développement".

En Amazonie brésilienne également, les politiques qui soutiennent les droits fonciers des populations autochtones peuvent contribuer à mettre un terme à la déforestation et à restaurer les forêts, qui sont des puits de carbone essentiels et des régulateurs du climat local. Une nouvelle étude a montré que les territoires indigènes bénéficiant de droits fonciers garantis non seulement réduisent la déforestation, mais aussi restaurent mieux les terres déboisées que les terres privées et non incorporées. 

Comment le fait que les droits fonciers soient reconnus ou non peut-il conduire à des résultats aussi diamétralement différents ? Parce que si les gens sont propriétaires de la terre, ils sont beaucoup plus susceptibles d'investir, que ce soit pour utiliser de meilleurs matériaux de construction capables de résister aux inondations et aux tremblements de terre ou pour installer des systèmes d'irrigation afin de garantir de bons rendements. 

En particulier dans le cas des ménages agricoles ruraux, la sécurité foncière influence leur volonté de s'adapter au changement climatique. Elle réduit également la dégradation de l'environnement qui accroît souvent leur vulnérabilité aux catastrophes naturelles. 

À l'inverse, les systèmes de propriété et d'occupation des terres peu sûrs, inéquitables et/ou opaques obligent souvent les gens à vivre dans des zones exposées aux risques et à adopter des méthodes d'adaptation non durables, telles que l'abattage des arbres ou la dégradation des terres, qui, à leur tour, tuent les écosystèmes fonctionnels, libèrent des émissions de gaz à effet de serre qui réchauffent la planète et augmentent les risques d'inondations et de sécheresses dévastatrices.

 

Un avenir sombre pour les personnes sans sécurité d'emploi

Les scientifiques ont été très clairs sur ce qui nous attend en termes de changement climatique : si nous ne parvenons pas à réduire nos émissions, nous allons assister à des phénomènes météorologiques de plus en plus extrêmes, tant en termes de fréquence que d'intensité. Ce sera un cercle vicieux et douloureux de destruction, de souffrance et de pauvreté. 

Les conséquences seront bien pires pour le milliard de personnes qui, selon les estimations, vivent dans des conditions d'occupation précaires dans le monde. Ce chiffre, basé sur une enquête nationale représentative menée auprès d'adultes dans 140 pays par l'Overseas Development Institute (ODI) et la Global Land Alliance (GLA), représente près d'un adulte sur cinq dans ces nations. 

La lutte pour atténuer le changement climatique et s'y adapter est étroitement liée à la propriété de ressources clés telles que la terre, et nous devons veiller à ce que les efforts déployés pour limiter les phénomènes météorologiques extrêmes ne privent pas davantage les sans-terre de leurs droits ou n'exacerbent pas leur insécurité foncière.  

Nous voyons déjà comment le changement climatique se manifeste dans les pays riches et pauvres.

Les violents incendies de forêt qui ont ravagé l'est du Canada ont provoqué une terrible pollution atmosphérique et ont rendu le ciel orange dans certaines régions des États-Unis, avec des images dystopiques de New York sur nos écrans. Après avoir connu l'été le plus chaud et la deuxième année la plus chaude jamais enregistrée en 2022, l'Europe s'apprête à vivre une nouvelle année de températures extrêmes.

Pendant ce temps, le Pakistan se remet difficilement des inondations sans précédent de l'année dernière, qui ont touché plus de la moitié des terres cultivées dans l'une de ses régions les plus productives, et la Corne de l'Afrique souffre toujours de la sécheresse la plus grave de l'histoire récente.

 

Pourquoi nous devons inclure les droits fonciers dans les discussions sur le climat

Les droits fonciers sont au cœur de la résilience et de la reconstruction des communautés. Si nous voulons que nos communautés soient en mesure de résister au risque toujours croissant des impacts climatiques, il est crucial que nous incluions les droits fonciers, en particulier ceux des pauvres des zones rurales, dans les discussions et les négociations sur le climat.

Les agences humanitaires, les professionnels du développement et les universitaires impliqués dans la gestion et l'atténuation des catastrophes le savent depuis des décennies : Selon une enquête menée en 2006 par l'Institut international du développement durable, "la propriété foncière est un élément très important de la résilience des communautés face aux catastrophes naturelles" et ils lui ont attribué une note moyenne de 4,5 sur une échelle d'importance allant de 1 à 5. 

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), l'organe des Nations unies chargé d'évaluer les données scientifiques relatives au changement climatique, a approuvé cette évaluation en déclarant, dans son rapport de 2019 intitulé "Climate Change and Land", que "la propriété foncière est une dimension essentielle de toute discussion sur les interactions entre la terre et le climat".  

Le rapport du GIEC a été publié il y a près de quatre ans. Entre-temps, des millions de personnes ont été déplacées par des catastrophes et contraintes de migrer parce que leurs terres sont devenues improductives ou trop dangereuses pour y vivre. Beaucoup d'autres perdront leurs terres, leurs maisons et leurs moyens de subsistance si nous n'élaborons pas des stratégies pratiques et proactives en matière de préparation aux catastrophes, d'atténuation du changement climatique et d'adaptation à celui-ci, ainsi que de nouveaux cadres juridiques tenant compte de leurs droits et de leur accès à la terre.

Dans la perspective de la COP28, le Forum mondial sur la recherche et l'innovation agricoles (GFAR), la Coalition des ONG asiatiques (ANGOC), l'Association pour la réforme agraire et le développement rural (ALRD) et la Fondation Land Portal seront les fers de lance d'une campagne d'information et de médias sociaux sur cette question, en utilisant les hashtags #IfOnlyTheEarthCouldSpeak #landmatters #land4climate #COP28. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter. 

Notre objectif est d'amplifier les voix des communautés marginalisées comme celle de Kavita afin d'humaniser la question et de s'assurer que le discours sur la politique climatique ne néglige pas le rôle crucial que jouent les droits fonciers dans le renforcement de la résilience climatique de l'une des populations les plus vulnérables - les pauvres des zones rurales

 

Partagez cette page