Récapitulatif du webinaire : Financement de la lutte contre le changement climatique et COP28 : Passer des promesses à l'action | Land Portal

Dans le cadre de la série Land Dialogues, le troisième webinaire de la série de cette année "Financement du climat et COP28 : Transformer les promesses en actions" a eu lieu le 28 novembre 2023. Le webinaire a attiré un peu moins de 200 participants et a réuni des panélistes allant des dirigeants autochtones aux bailleurs de fonds. La série est organisée par un consortium d'organisations, dont la Fondation Land Portal, la Fondation Thomson Reuters, la Fondation Ford et la Tenure Facility.

Thin-Lei Win, journaliste, Systèmes alimentaires et changement climatique, a modéré le panel, qui comprenait les orateurs suivants :

  • Casey Box, Directeur de la Stratégie Globale, Christensen Fund
  • Deborah Sanchez, Directeur de l'Initiative CLARIFI ("Community Land Rights and Conservation Finance Initiative")
  • Jenny Lopez, Conseiller en Gouvernance Foncière, Bureau des Affaires Etrangères, du Commonwealth et du Développement du Royaume-Uni (FCDO)
  • Valeria Paye, Président du Conseil Exécutif de Podáali - Fonds autochtone de l'Amazonie Brésilienne
  • Josimara Melgueiro, Coordinateur du Fonds autochtone de Rio 

Vous trouverez ici un bref résumé de cette conversation captivante.

 

L'année dernière, nous nous sommes penchés sur les promesses faites par les bailleurs de fonds aux communautés autochtones. Où en sommes-nous aujourd'hui ? Quelle est la principale victoire et le principal obstacle depuis la CdP de l'année dernière ?

Plus d'organisations dirigées par des peuples autochtones et des communautés locales sont directement financées que jamais auparavant. Il ne s'agit pas seulement des 1,7 milliard promis lors de la COP26, ni de l'argent en lui-même. Il s'agit de la manière dont nous travaillons ensemble en tant que bailleurs de fonds, en tant qu'organisations de PI et de CL, d'autres partenaires, d'organisations de la société civile. Nous assistons à un niveau de dialogue, de collaboration et de discussion entre toutes ces parties prenantes comme cela n'avait jamais été le cas auparavant. C'est vraiment passionnant. Lors des récentes CdP de Montréal et de New York, nous avons vu des dirigeants gouvernementaux côtoyer sur scène des dirigeants de peuples autochtones et de communautés locales, ainsi que des organisations de la société civile, comme cela n'avait jamais été le cas auparavant. À New York en particulier, lors de la Semaine du climat le mois dernier, des ministres norvégiens étaient présents aux côtés de ministres brésiliens, alors qu'il n'y avait même pas de ministre pour les peuples autochtones et les communautés locales. Cela signifie que les bailleurs de fonds s'engagent à rendre des comptes, ce qui n'était pas le cas auparavant.

Le défi, cependant, existe toujours. Nous savons qu'en 2021, seuls 7 % des fonds promis par Glasgow sont allés directement aux peuples autochtones et aux communautés locales. Si nous creusons ces chiffres, nous constatons qu'il s'agit même de moins de 7 %. Le défi existe toujours du côté des bailleurs de fonds. Il faut faire davantage pour créer des financements plus flexibles. Nous devons permettre aux Peuples autochtones et aux communautés locales de définir eux-mêmes ce qu'ils considèrent comme un financement direct.

 

Nous disposons aujourd'hui de plusieurs fonds dirigés par des autochtones. Quels sont ces fonds et quel en est l'aperçu général ?

Nous constatons que des mécanismes de financement mondiaux, régionaux et nationaux sont mis en place et gérés par les Peuples autochtones et les communautés locales. Au niveau mondial, par exemple, l'initiative CLARIFI (Community Land Rights and Conservation Finance Initiative) est en cours d'incubation dans le cadre de l'initiative "Droits et ressources" et bénéficie du soutien technique de Campagne pour la nature. Il y a ensuite les fonds régionaux et nationaux. Nous voyons Podaali, Nusantara, le Fonds territorial mésoaméricain et le Fonds territorial d'AMAN, et bien d'autres encore.  CLARIFI leur accorde des subventions afin qu'ils puissent renforcer leurs capacités. Par exemple, avec AMAN en Indonésie, une partie de ces fonds servira à renforcer les capacités de certains chapitres de leurs organisations. Ces fonds commencent à travailler en complémentarité les uns avec les autres.

La bonne nouvelle, c'est que les fonds sont versés. Mais la manière dont ils sont dépensés et ciblés doit encore être améliorée pour atteindre les Peuples autochtones à grande échelle. Qu'est-ce qui peut changer cette situation ?

Tout d'abord, les fonds doivent être déboursés plus rapidement et de manière à ce que nous puissions réellement mettre en place un mécanisme plus efficace à long terme. Il existe des moyens de travailler, peut-être avec des intermédiaires et des partenaires de confiance, pour s'assurer que les choses peuvent se produire à l'échelle plus rapidement, ce qui signifie que les organisations de PA et de CL peuvent vraiment recevoir cet argent plus directement et d'une manière qui leur permet d'avoir plus d'influence et de contrôle. Les avis divergent sur la question de savoir si les discussions autour du renforcement des capacités sont vraiment équitables, car elles demandent en quelque sorte aux organisations dirigées par des PI et des CL de s'adapter aux exigences des bailleurs de fonds dans une certaine mesure. Nous acceptons également le fait que certains bailleurs, en particulier les bailleurs bilatéraux, auront toujours des lourdeurs administratives en termes de rapports et de responsabilité. Comprendre où se trouvent ces lignes rouges et essayer de creuser plus profondément pour savoir où se trouvent les lignes jaunes, où nous pouvons changer et où nous pouvons nous adapter. C'est ainsi que nous progresserons.  Nous devons également reconnaître que, compte tenu de la collaboration actuelle entre les bailleurs de fonds philanthropiques et bilatéraux, nous pouvons collaborer pour comprendre que les organisations philanthropiques ont la possibilité de financer des projets à des stades différents de ceux des bailleurs de fonds bilatéraux, et que les bailleurs de fonds bilatéraux financent également des projets que les organisations philanthropiques peuvent ou ne peuvent pas financer.

 

 

Related content: 
Event
28 novembre 2023
Global
Organizers: 
Land Portal Foundation
The Tenure Facility
Thomson Reuters Foundation
Ford Foundation

The UN’s past two global climate summits have been big on promises for Indigenous Peoples. At COP26 in 2021 governments and private philanthropies pledged nearly $2 billion for Indigenous Peoples and local communities to fight deforestation. Last year’s COP27 led to the creation of a new “loss and damage” fund to help vulnerable communities respond to climate disasters.

Partagez cette page