Récapitulation de l'événement parallèle : Intégration des droits fonciers des populations rurales pauvres dans l'agenda climatique | Land Portal

L'événement " Intégration des droits fonciers des populations rurales pauvres dans l'agenda climatique " a eu lieu le 6 juin 2023 et a accueilli trois intervenants. L'événement a été organisé par un consortium d'organisations, notamment la Fondation Land Portal, le Forum mondial sur la recherche et l'innovation agricoles (GFAR), la Coalition des ONG asiatiques (ANGOC) et les Jeunes professionnels pour le développement agricole (YPARD).  

La session a été organisée parce qu'il y a peu de sensibilisation et peu de réflexion dans les politiques adéquates sur le lien entre les droits de tenure foncière, la résistance aux catastrophes du changement climatique et l'adaptation au changement climatique et l'atténuation de ses effets. L'événement a également été organisé autour de trois perspectives principales : la perspective de la société civile, la perspective des données et la perspective de la jeunesse.  

Valeria Pesce - GFAR et Genna Tesdall - YPARD ont modéré le panel, qui comprenait les intervenants suivants: 

  • Don Nathaniel Marquez, ANGOC
  • Romy Sato, Land Portal
  • Gcina Dlamini, YPARD

Veuillez consulter un bref récapitulatif de chacune des trois perspectives principales et regarder la retransmission en bas de page pour une conversation captivante. 


  • Quelles sont les pensées et les perspectives des organisations de la société civile en Asie qui travaillent sur les droits fonciers, la sécurité alimentaire et l'agriculture durable sur le thème de cet événement parallèle ?

Don Nathaniel Marquez: Une grande partie des personnes les plus pauvres du monde, dont les moyens de subsistance dépendent de la terre, se trouvent en Asie ; les droits fonciers sont donc essentiels pour réduire la pauvreté et la faim dans notre région.  Dans le même temps, l'Asie est une région très exposée aux catastrophes naturelles et, si le changement climatique touche tout le monde, les personnes pauvres et dépourvues de droits de tenure foncière sont les plus vulnérables à ses effets. Il existe encore des lacunes dans la littérature concernant la compréhension des liens entre la tenure foncière et la littérature actuelle qui se concentre sur les impacts macro et physiques du changement climatique plutôt que de prêter attention aux impacts sociaux du changement climatique du point de vue des personnes pauvres.  Cela affecte leur accès aux moyens de subsistance, aux relations sociales et à la sécurité de tenure foncière.  En 2020, l'ANGOC et sept de nos partenaires en Asie ont préparé un document de discussion sur ce sujet. Nous devrions construire une meilleure appréciation des questions de tenure foncière dans les discussions sur le changement climatique ; la nécessité d'une gouvernance foncière inclusive pour recadrer le discours politique sur le changement climatique ; aborder la tenure foncière dans les catastrophes naturelles et assurer et engager la participation des parties prenantes dans le discours sur le changement climatique.  

 

  • Quelle est l'importance de la gouvernance foncière dans l'amélioration du lien terre-climat ?

Romy Sato: Pouvons-nous établir des liens entre les grandes quantités de données dont nous disposons et les objectifs de développement ? C'est dans ce cadre et dans ce contexte que le Land Portal travaille et milite en faveur des droits fonciers.  Dans le secteur foncier, nous disposons à la fois de trop et de trop peu d'informations.  D'une part, il y a beaucoup d'informations qui sont dispersées, mais elles sont également de mauvaise qualité et souvent inaccessibles.  Dans notre société actuelle, les données sont un pouvoir et la terre est également un pouvoir pour de nombreuses communautés.  Si vous regardez le secteur du changement climatique, différemment du secteur foncier, il y a beaucoup de portails de connaissances.  Mais même dans ce domaine, les données disponibles ne sont pas pleinement exploitées et de nombreuses personnes, comme les ministres, ne réalisent pas l'importance des données dans la lutte contre la crise climatique et les conservent uniquement pour un usage interne. C'est le même problème que nous rencontrons dans le secteur foncier.  La conclusion naturelle que nous en tirons est que les données ont le plus de valeur lorsqu'elles sont fournies aux bonnes personnes dans le bon contexte.

 

  • Quel est le rôle des jeunes en ce qui concerne l'accès à la terre et le changement climatique ? Pensez-vous que les politiques actuelles sont appropriées ?

Gcina Dlamini: L'accès aux données est extrêmement important, car il nous permet de savoir où se trouvent les terres, qui les possède et qui fait quoi, afin que nous puissions déterminer la meilleure façon de gouverner.  Nous avons besoin de données libres d'accès pour pouvoir planifier des projets qui aideront les jeunes et les femmes. Lorsque nous comprenons les jeunes, nous comprenons qu'ils fuient le travail manuel et la terre. Ils apprécient la technologie et l'agriculture verticale, et les données et la technologie permettront de dresser le profil des jeunes agriculteurs afin de les mettre en relation avec les terres disponibles.

Ecoutez pour en savoir plus​... 

 

 

 

Related content: 
Event
6 juin 2023
Global
Organizers: 
The Global Forum on Agricultural Research and Innovation
Asian NGO Coalition (ANGOC)
Land Portal Foundation
Young Professionals for Agricultural Development

The aim of this event is increasing public understanding of the links between climate change, disasters, and land tenure rights, and bringing land tenure issues in the climate change discourse, listening particularly to the voices of civil society and youth. The discussion is also expected to bring forth some ideas for action both for the new GFAR Collective Action on land tenure and climate change, and for policy makers.    

Partagez cette page