Stratégie Nationale de Gestion Durable des Eaux et des Sols dans l’Espace Agro-Sylvo-Pastoral Au Cameroun 2007. | Land Portal

Resource information

Resource Language: 
ISBN / Resource ID: 
LEX-FAOC159242
License of the resource: 
Copyright details: 
© FAO. Afin d’assurer une large diffusion de ses informations, la FAO s’attache à donner libre accès à ce contenu et encourage l’utilisation, la reproduction et la diffusion des données, des informations textuelles et des supports multimédia présentés. Sauf indication contraire, le contenu peut être reproduit, imprimé et téléchargé aux fins d’étude privée, de recherches ou d’enseignement ainsi que pour utilisation dans des produits ou services non commerciaux, sous réserve que la FAO soit correctement mentionnée comme source et comme titulaire du droit d’auteur et à condition qu’il ne soit ni déclaré ni sous-entendu en aucune manière que la FAO approuverait les opinions, produits ou services des utilisateurs.

Confronté à la fois aux insuffisances du cadre institutionnel et réglementaire du secteur de l’eau; et aux contraintes liées à la gestion durable des sols; et à la maîtrise et à la gestion durable des eaux, le Cameroun a élaboré, en 2007, le Document de Stratégie Nationale de Gestion Durable des Eaux et des Sols dans l’Espace Agro-Sylvo-Pastoral.Cette stratégie constitue un cadre d’harmonisation et de mise en cohérence des initiatives de gestion durable des eaux et des sols, permettant de répondre aux objectifs de production soutenue dans le secteur agro sylvo pastoral, tels que définis dans d’autres documents stratégiques sectoriels tels que le stratégie du développement du secteur rural (DSDSR). L’atteinte de cet objectif passe par la mise en œuvre des trois (3) axes prioritaires suivants: l’Amélioration du cadre institutionnel (Axe stratégique 1); la Gestion optimale des terres (Axe stratégique 2); et la Gestion optimale de ressources en eau (Axe stratégique 3).Dans le cadre d’une agriculture, d’une sylviculture et d’une pêche plus productive et plus durable, plusieurs interventions sont prévues, notamment, premièrement la protection et la restauration de la qualité des eaux (la finalisation de l’élaboration des normes nationales sur la qualité des eaux; la promotion du traitement des eaux usées à l’exutoire de certains bassins versants; l’élaboration et la vulgarisation des normes d’utilisation des engrais chimiques et des pesticides en fonction des carences des sols; la sensibilisation des fournisseurs et des utilisateurs d’engrais et pesticides sur leur bonne utilisation et leurs effets éventuels sur l’environnement et la santé; la sensibilisation pour une bonne gestion des produits chimiques à usage agro pastoral et sylvicole ainsi qu’à une utilisation saine de leur emballage; la mise en place et l’opérationnalisation de mécanismes de contrôle de la qualité des intrants à usage agro pastoral et sylvicole; la mise en place du principe « pollueur-payeur »; et l’assainissement; deuxièmement, la maîtrise de la quantité des eaux (promotion de pratiques culturales et sylvicoles appropriées, gestion appropriée des bassins versants et des barrages de retenue d’eau; inventaire et exploitation efficiente des ressources en eau; renforcement des activités de drainage; promotion des bonnes pratiques d’irrigation); troisièmes la gestion intégrée des ressources en eau. Par ailleurs, elle entend entreprendre une gestion optimale des terres qui passe par la mise en œuvre des actions suivantes: actions visant à assurer une meilleure connaissance des sols; mesures d’affectation concertée des sols suivant leur vocation (activités agro-sylvo-pastorales); mesures visant à faciliter l’accès à la terre arable; stratégies de développement des pratiques de gestion conservatoire (recherche et vulgarisation).Concernant la réduction de la pauvreté rurale, l’accès au foncier des jeunes et des femmes sera facilité.S’agissant de l’amélioration de la résilience des moyens de subsistance face aux menaces et crises ayant des répercussions sur l’agriculture, cette stratégie prévoit des techniques de lutte contre la dégradation anthropique (techniques de lutte contre l’érosion, techniques de fertilisation); des mesures d’allègement des coûts de la restauration des capacités de production des sols; et des mesures visant à atténuer les effets de l’agressivité climatique. stratégies d’information, éducation et communication sur la dégradation et sur la gestion durable; le renforcement de la lutte contre les maladies hydriques ; la sensibilisation des divers acteurs sur l’état de la pollution des eaux, leurs causes et leurs conséquences.Dans le cadre de la gouvernance, cette entend mettre en place un cadre de coordination adéquat des différentes interventions; des corrélations entre les initiatives de gestion durable des eaux et des sols; des cadres de concertation; et l’élaboration/actualisation concertée des plans d’Aménagement. Par ailleurs, elle propose un cadre réglementaire approprié (renforcement des cadres réglementaire et normatifs; l’intensification du contrôle et l’application effective des sanctions; respect et application des textes réglementaires).

Data provider

Share this page